NOUVELLES

Le Qatar importe des milliers de vaches pour être autosuffisant en lait

On compte, au total, 14 000 vaches originaires d'Allemagne et des États-Unis qui seront transportées par avion.

29/11/2017 15:05 EST | Actualisé 29/11/2017 15:05 EST
STRINGER via Getty Images

Le Qatar sera autosuffisant pour ses besoins en lait d'ici juillet 2018 grâce à des milliers de vaches importées pour pallier les effets du blocus imposé par l'Arabie saoudite et ses alliés, a indiqué mardi la société agricole impliquée dans ce projet.

Au total, 14 000 vaches originaires d'Allemagne et des Etats-Unis seront transportées par avion vers l'émirat pour la production laitière, a déclaré le directeur irlandais de l'entreprise Baladna Livestock Production, John Dore.

"Nous devrions être autosuffisants d'ici juin ou juillet" de l'année prochaine, a-t-il indiqué à l'AFP.

Le but de cette opération est de "participer à l'effort national" du Qatar et de dire aux Saoudiens: "Nous n'avons pas besoin de vous, nous pouvons le faire nous-même", a ajouté M. Dore.

Au total, l'importation des vaches et la construction des installations laitières dans une ferme à 80 kilomètres au nord de la capitale Doha devraient coûter environ 695 millions d'euros, selon ce responsable du projet.

Environ 3.400 vaches sont déjà arrivées au Qatar et le reste devraient rejoindre la ferme en février, ce qui permettra de produire à peu près 400 tonnes de lait par jour, selon M. Dore.

Depuis le 5 juin, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte ont coupé leurs relations diplomatiques avec le Qatar qu'ils accusent de soutenir des mouvements terroristes, ce que Doha dément avec véhémence.

Ces pays reprochent également au Qatar d'entretenir des liens avec l'Iran, grand rival régional de l'Arabie saoudite.

L'Arabie saoudite, Bahreïn et les Emirats ont également interrompu leurs liaisons aériennes ou maritimes avec le Qatar. Ryad a aussi fermé la seule frontière terrestre de l'émirat.

Or, les Qataris dépendaient largement de l'Arabie saoudite pour leurs produits laitiers.

L'émirat, qui compte 2,7 millions d'habitants, a ainsi dû trouver des sources alternatives pour s'approvisionner en nourriture, se tournant entre autres vers la Turquie, l'Iran et le Maroc.

VOIR AUSSI: