POLITIQUE

Justin Trudeau nomme Sheilah L. Martin à la Cour suprême du Canada

Elle est née et a grandi à Montréal.

29/11/2017 11:09 EST | Actualisé 29/11/2017 13:23 EST
Chris Wattie / Reuters

C'est une juriste native de Montréal, Sheilah L. Martin, qui a été choisie pour combler le siège que laissera vacant la juge Beverley McLachlin.

"J'ai été très content de demander à Sheila Martin hier soir d'être notre prochaine juge à la Cour suprême", a affirmé mercredi le premier ministre Justin Trudeau.

"C'est une personne avec énormément d'expérience à travers le pays, y compris dans le Nord, et je sais qu'elle va être excellente à la Cour suprême", a-t-il ajouté lors d'une brève mêlée de presse.

La nomination a été bien accueillie par les élus croisés dans les corridors du parlement, dont le député conservateur Alain Rayes.

"À première vue, ça semble être une personne extrêmement compétente qui maîtrise les deux langues, donc on est très contents", a-t-il offert mercredi matin.

Mais la députation conservatrice québécoise a les yeux tournés vers une autre nomination: celle visant à pourvoir le poste de juge en chef.

"Notre préoccupation est bien plus par rapport au futur juge en chef qui va être nommé", a fait valoir le lieutenant politique des conservateurs au Québec.

Plusieurs voix se sont élevées pour réclamer du premier ministre Trudeau qu'il confie le siège à un magistrat du Québec, afin de respecter la coutume d'alternance.

C'est le cas du Barreau du Québec, qui a profité de la nomination de la magistrate albertaine pour passer à nouveau son message.

"Nous, on pense toujours que c'est au tour d'un juge en chef à la Cour suprême qui provienne du Québec", a affirmé en entrevue le bâtonnier du Québec, Paul-Matthieu Grondin.

Ceci dit, la juge Martin a "une très bonne réputation et un CV impressionnant", a-t-il commenté au téléphone depuis Paris.

La juge Martin a servi à la Cour du Banc de la Reine de l'Alberta jusqu'en juin 2016, lorsqu'elle a été nommée juge à la Cour d'appel de l'Alberta, des Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut.

La nomination annoncée mercredi assure que le banc de neuf membres demeurera complet après la retraite de la juge en chef Beverley McLachlin, le 15 décembre.

L'an dernier, le gouvernement libéral a mis en place un nouveau processus de nomination à la Cour suprême, afin d'encourager davantage d'ouverture et de diversité.

La ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould, a noté cette semaine que le gouvernement s'était tourné du côté des juges de l'ouest et du nord du Canada pour pourvoir le poste.

Beverley McLachlin quittera ses fonctions après 28 ans à la Cour suprême, dont près de 18 ans comme juge en chef.