POLITIQUE

Excuses LGBTQ2: des conservateurs estiment que Justin Trudeau est allé trop loin

Au moins trois autres députés conservateurs sont restés assis pendant les quelques ovations qui ont ponctué l'allocution.

29/11/2017 13:25 EST | Actualisé 29/11/2017 16:11 EST
Chris Wattie / Reuters

Des élus conservateurs trouvent que Justin Trudeau est allé trop loin dans les excuses qu'il a présentées aux membres de la communauté LGBTQ2.

Le discours livré par le premier ministre mardi à la Chambre des communes a été boudé par de nombreux membres de la députation conservatrice.

Une poignée de ceux qui y ont assisté ont quant à eux choisi de rester assis à chaque fois qu'autour d'eux les députés bondissaient de leur siège pour applaudir.

Ce fut le cas du député Harold Albrecht. Il a affirmé mercredi à La Presse canadienne qu'il "appuyait les excuses", mais pas "toutes les choses qui ont été dites dans ces excuses".

"Quand on commence à parler d'enfants de six ans dans ce contexte, je décroche", a-t-il offert lorsqu'on l'a invité à identifier quel passage de l'allocution l'avait indisposé.

En clôture de ce discours d'une trentaine de minutes, Justin Trudeau s'est adressé "aux enfants qui écoutent chez eux et qui craignent d'être rejetés à cause de leur orientation sexuelle".

"Que vous découvriez votre propre vérité à six ou à 16 ou à 60 ans, la personne que vous êtes est légitime", a dit le premier ministre sous le regard de ses enfants Xavier et Ella-Grace.

Au moins trois autres députés conservateurs sont restés assis pendant les quelques ovations qui ont ponctué l'allocution, selon ce qu'ont pu constater des médias, dont La Presse canadienne.

L'un d'entre eux, Ted Falk, a lui aussi affirmé que le premier ministre avait ratissé trop large, refusant cependant de préciser sa pensée.

"J'appuie les excuses, mais je trouve que certaines des déclarations sont allées plus loin que... Je vais m'en tenir à ça", a-t-il dit mercredi matin avant de tourner promptement les talons.

Le chef conservateur Andrew Scheer n'a pas voulu commenter le fort taux d'absentéisme dans les banquettes de son parti _ environ le tiers d'entre elles étaient vides.

Il a fait valoir qu'il ne voulait pas faire de la politique avec cet enjeu.

Une porte-parole conservatrice avait argué mardi que "plusieurs députés étaient hors d'Ottawa cette semaine, pour plusieurs raisons: personnelles, comités, événements dans le comté".

Selon ce qu'il a toutefois été possible d'observer depuis les tribunes, des élus conservateurs qui étaient présents à la période des questions se sont éclipsés avant le discours de Justin Trudeau.

Croisé dans les couloirs du parlement, mercredi, l'élu libéral Rob Oliphant, qui est ouvertement homosexuel, ne s'est pas formalisé du refus de certains de ses collègues d'applaudir.

Le député torontois a affirmé qu'il fallait prendre les gens là où ils sont et a dit avoir l'intention de travailler à sensibiliser les députés conservateurs qui sont restés assis.

À voir aussi: