POLITIQUE

Elizabeth May s'en prend aux «cyniques» qui jugent que le Canada s'est suffisamment excusé

May a notamment souligné la légitimité des excuses exprimées à l'endroit des membres de la communauté LGBTQ2.

29/11/2017 17:57 EST | Actualisé 29/11/2017 17:57 EST
Chris Wattie / Reuters

La chef du Parti vert avait un message pour les «cyniques» qui estiment que le Canada s'est excusé à de trop nombreuses reprises récemment.

«Les excuses comptent [...] Le Canada n'a pas seulement puni et humilié les homosexuels canadiens. Nous nous sommes également privés des services d'excellents soldats, membres de la GRC ou diplomates.», a-t-elle exprimé lors d'une allocution à la Chambre des Communes mardi.

Mme May a poursuivi sur sa lancée en soulignant que d'exclure les membres homosexuels de l'armée et des services fédéraux constituait une décision stupide et bornée, qui a ostracisé nombre de Canadiens.

Les propos d'Elizabeth May surviennent quelques jours après que le premier ministre Justin Trudeau se soit excusé à l'endroit d'anciens élèves de pensionnats de Terre-Neuve ayant subi des abus et de la négligence. Le précédent gouvernement conservateur s'était abstenu de présenter des excuses.

L'an dernier, Trudeau s'était excusé pour l'incident du bateau japonais Komagata Maru, survenu en 1914, qui avait vu le Canada interdire l'accès aux pays à des centaines de passagers indiens.

Il avait également été rapporté en septembre que le gouvernement canadien prévoyait s'excuser pour la décision du gouvernement canadien de refuser d'accueillir un millier d'Allemands de confession juive en 1939.

Durant son allocution, Elizabeth May a souligné avoir noté une forme de fatigue ou de questionnement quant au nombre de cérémonies d'excuses présentées par le Canada. «Je veux seulement déclarer que ces excuses comptent. Elles comptent pour les gens ayant été victimes d'injustice, pour leurs familles et pour ceux qui sont morts avant d'avoir eu la chance d'entendre ces excuses. Elles comptent pour tous les Canadiens qui réalisent que nous reconnaissons avoir causé du tort à nos concitoyens et que nous ne referons pas cette erreur.»

Le discours de Mme May a été accueilli par une salve d'applaudissements.

Des réactions de la part des autres partis

Le leader parlementaire du NPD, Guy Caron, a enjoint le premier ministre du Canada à éliminer la politique, qu'il a jugé être discriminatoire, interdisant les hommes homosexuels à donner du sang.

Le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer a de son côté incité le gouvernement fédéral à s'impliquer dans la défense des droits des membres de la communauté LGBTQ2 dans des pays comme la Russie ou l'Iran.

Le Parti conservateur a cependant reproché au premier ministre de s'excuser trop souvent pour les actes posés par des Canadiens dans le passé. Concernant un discours de Trudeau à l'Assemblée générale des Nations Unies à New York dans lequel il s'était excusé de l'historique d'«humiliation, de négligence et d'abus» du Canada envers les Autochtones, le parti s'était adressé à ses membres dans une lettre avec la formulation suivante: «Êtes-vous fatigués des gens s'excusant pour la riche histoire de votre pays?»

La lettre comportait également des remarques d'Andrew Scheer qui relevait qu'il semblait à la mode de «critiquer le passé de notre pays» et d'ignorer la «magnifique histoire un pays qui n'a cessé de s'améliorer au fil des années.»

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l'anglais.

Voir aussi: