NOUVELLES

Montréal et la brasserie Molson, en sept tranches d’histoire

Ou en 7 bières, selon les goûts!

28/11/2017 17:51 EST | Actualisé 28/11/2017 17:51 EST
Olivier Robichaud

Malgré son déménagement prochain sur la Rive-Sud, l'histoire de la brasserie Molson est indissociable de celle de Montréal depuis plus de deux siècles. Voici certains des épisodes marquants de cette relation entre une métropole et son brasseur.

John Molson n'a pas fondé la première brasserie

Saviez-vous que John Molson n'est pas à l'origine de la brasserie de la rue Notre-Dame?

La première brasserie de ce qui deviendra la Molson Brewery a été créée par un Irlandais du nom de Thomas P. Lloyd. John Molson, arrivé à Montréal en 1782, s'associe à lui un an plus tard bien qu'il soit encore mineur.

Arrivé à la majorité en 1785, il rachète les parts de Lloyd dans la brasserie. Il fonde sa compagnie éponyme l'année suivante.

En moins de 10 ans, Molson sera à la tête d'une véritable industrie et produira 54 000 gallons de bière annuellement. Un nouvel édifice est inauguré dès 1795.

Une série de premières

John Molson devient un homme d'affaires fort important à Montréal au cours des années 1800. Il investit notamment dans le premier bateau à vapeur canadien dès 1809.

Il ouvre aussi le premier hôpital public, l'Hôpital général de Montréal, en 1821. Quatre ans plus tard, il ouvre le premier théâtre permanent, le Théâtre Royal.

En 1832, Molson et ses fils sont les principaux actionnaires du premier chemin de fer du Canada, la Champlain & St. Lawrence Railroad, construite entre Saint-Jean-sur-Richelieu et La Prairie.

L'incendie de 1852

Les 8 et 9 juillet 1852, Montréal est ravagée par l'incendie le plus dévastateur de son histoire en termes de pertes matérielles.

Près du quart de la ville passe au feu. La brasserie et la distillerie Molson sont complètement anéanties, tout comme l'église Saint-Thomas commanditée par le fils de John, Thomas Molson.

L'argent des assurances permet toutefois à la compagnie de rebâtir les installations, plus grosses et mieux équipées.

Bibliothèque et Archives nationales du Québec

Percival Molson, héros de guerre

Le Stade Percival-Molson, qui accueille les matchs des Alouettes de Montréal et des équipes sportives de l'Université McGill, tire son nom du fils d'un des descendants de John Molson. Percival était le fils de John Thomas Molson, alors partenaire au sein de l'entreprise familiale.

Athlète de renom, Percival Molson a multiplié les honneurs pendant son passage à l'Université McGill. Il a ensuite rejoint l'effort de guerre britannique au sein de la Princess Patricia's Canadian Light Infantry.

Le jeune homme a été tué par un obus allemand en 1917. Dans son testament, il a légué 75 000$ à l'université pour la construction du stade.

Son frère Herbert Molson, qui deviendra éventuellement président de la compagnie, a également combattu pendant la Grande Guerre.

Prohibition

Le mouvement de prohibition force la brasserie Molson à réduire la teneur en alcool de ses bières à 4,4% en 1918. Mais les affaires vont tout de même bien: l'afflux de touristes en provenance des États-Unis, où l'alcool est tout simplement banni, amène la brasserie à doubler sa capacité pour atteindre plus de 9 millions de gallons annuellement avant la fin des années 1920.

L'église Saint-Thomas, reconstruite après l'incendie, et plusieurs autres édifices appartenant aux Molson sont alors détruits pendant plusieurs phases d'agrandissement de la brasserie.

C'est à cette époque que la Main se développe et que Montréal obtient sa réputation de ville ludique par excellence.

Marquer le paysage de l'Est

Les années de la Grande Dépression sont difficiles pour la Molson Brewery. La fin de la Seconde Guerre mondiale marque toutefois le début d'une nouvelle phase d'expansion au cours de laquelle la brasserie est devenue un point de repère visuel immanquable entre le pont Jacques-Cartier et le Vieux Montréal.

Après avoir érigé de nouveaux édifices permettant de tripler la capacité de production entre 1947 et 1954, les Molson entreprennent en 1963 la construction du complexe central en brique rouge qui trône désormais au pied du pont Jacques-Cartier.

Quelques années plus tard, le président de la compagnie, Hartland Molson, entend bien profiter de l'arrivée d'Expo 67 en face de ses installations, sur l'île Sainte-Hélène. Il ajoute quelques étages au complexe pour que le nom Molson soit visible depuis le site de l'Expo.

Avec le pont et la tour de Radio-Canada, la brasserie Molson est aujourd'hui l'un des éléments visuels les plus marquants de ce secteur de Montréal.

Olivier Robichaud

Le Canadien, le Forum et le Centre Molson

Le partenariat entre la brasserie Molson et le Canadien de Montréal est l'une des associations d'affaires les plus reconnues de la métropole.

Dès les années 1920, la famille Molson investit dans la construction du Forum de Montréal. C'est toutefois lors de l'achat de l'aréna et de la franchise, en 1957, que la relation s'enracine.

Depuis cette date, le Canadien, club le plus titré de l'histoire du hockey professionnel, appartient à la brasserie ou à des membres de la famille Molson. Deux intervalles de quelques années entrecoupent toutefois cette relation, une première fois dans les années 1970, puis de 2001 à 2009.

En 1996, la compagnie Molson inaugure son nouvel aréna, le Centre Molson. C'est le plus gros aréna de hockey au monde en nombre de sièges. Devenu le Centre Bell en 2002, l'endroit est toujours l'un des piliers de la diffusion culturelle à Montréal, accueillant régulièrement des artistes de renommée internationale.

USA Today Sports / Reuters