DIVERTISSEMENT

Thee FFF propose le EP «Contradiction»

Les membres du duo montréalais Hoopalaï ont récemment collaboré avec Felix da Housecat.

27/11/2017 11:53 EST | Actualisé 27/11/2017 12:00 EST
Courtoisie

Les membres du duo montréalais Hoopalaï, François Lebaron et Frédéric Laurier, ont récemment collaboré avec le respecté DJ et producteur américain Felix da Housecat, afin de proposer un EP de musique électronique intitulé Contradiction. Rencontre.

Dans un bar de la rue Saint-Laurent, le DJ, musicien, producteur et cofondateur du festival AIM, François Lebaron, raconte que le projet Thee FFF est né en 2015. À la suite d'une rencontre au Mexique, Lebaron a développé une amitié avec Felix da Housecat, qui a finalement mené à la création d'un projet commun, et plus tard à un remix du morceau It's So Much Fun de James Curd & Diz (paru via l'étiquette Repopulate Mars, en 2016).

L'année suivante, Felix, François et Frédéric se sont de nouveau réunis dans un studio de la métropole québécoise afin d'enregistrer les pièces Contradiction et All This. Elles ont été diffusées vendredi par l'entremise de l'étiquette Victims Music Company.

«Le processus était un peu long au début du projet, spécifie Lebaron. Puis, on a trouvé du temps pour se voir plus souvent et créer de la musique ensemble. On a même d'autres morceaux au four...

«Felix est originaire des États-Unis. Il est associé à la musique de Chicago. Il voyage beaucoup. Quant à Frédéric et moi, nos cœurs sont à Chicago, nos têtes sont à Detroit, mais nous vivons à Montréal», lance François Lebaron avec un sourire au visage.

Pour produire les deux nouveaux morceaux, les trois musiciens ont utilisé une variété d'outils. «En général, un de nous trois commence quelque chose et les autres embarquent ensuite. En quelques minutes, on a une bonne idée de ce que sera la pièce. Tout le monde joue des synthétiseurs et du drum machine. Quand Felix est parti, Fred et moi nous occupons des arrangements [sur ordinateur].»

Délicate techno

Contrairement à l'esthétique relativement dance (on pourrait faire des liens avec le nu-disco) du remix, Contradiction et All This appartiennent davantage au style techno.

«C'est plus dramatique, plus froid, plus atmosphérique, indique Lebaron. C'est clairement inspiré de la house de Chicago. Cela dit, on ne pense pas du tout au genre musical quand on compose. On a une approche très spontanée en studio, mais je pense qu'on peut reconnaître la signature entre les trois pièces réalisées jusqu'à maintenant pour Thee FFF.»

Certes, Contradiction et All This sont légèrement graves, mais en même temps «veloutées» et minimaliste. Un peu partout sont créés des textures sonores et de multiples bruits. Somme toute, les ambiances sont très digestes. Elles invitent quasiment à danser, grâce à leurs rythmes répétitifs. Disons que le rendu est à la fois énergique et enveloppant. C'est particulièrement le cas avec la chaleureuse [c'est relatif] Contradiction.

Quant au morceau All This, Thee FFF a opté pour un univers plutôt hypnotique, qui évoque par exemple le suspense d'une œuvre futuriste ou carrément de science-fiction.

Bien que ce EP ne renferme que deux chansons instrumentales, il sera éventuellement possible d'entendre d'autres productions; Thee FFF compte produire d'autres pièces dans un futur proche.

La scène

Le collectif aimerait aussi se produire davantage sur scène. «On voulait proposer une gig (DJ) en décembre, mais on n'est pas prêts, dit François Lebaron. On a déjà fait un DJ set au Newspeak (nightclub de Montréal) et au Salon Dahomé. Peut-être qu'on pourra participer à Piknic Électronik ou même à AIM (festival Art, Innovation, Mouvement qui a lieu l'été au parc Carillon à Saint-André-d'Argenteuil, depuis trois ans).»

«On pourrait éventuellement offrir un show live aussi, mais ça va demander beaucoup plus de préparation, mentionne-t-il. On devrait décortiquer les morceaux pour en faire des prestations en direct avec des instruments et des machines. Jamais je ne vais faire de live avec un laptop...»

Les trois morceaux de Thee FFF sont notamment disponibles sur Tracksource, Spotify ou encore Soundcloud.

À voir également :