NOUVELLES

Donald Trump semble être sur la défensive à propos de ses virées sur les terrains de golf

Ses tweets sur les habitudes de golf d'Obama ne vieillissent pas très bien.

27/11/2017 14:39 EST | Actualisé 27/11/2017 14:41 EST

Le président américain Donald Trump s'est rendu dans un club de golf, le week-end dernier, pour la 81e fois de sa présidence qui vient tout juste d'atteindre la durée de 10 mois, selon CNN.

Ce n'est pas clair combien de fois il a réellement joué au golf durant ces visites, puisque la Maison-Blanche n'a pas rendue publique cette information. Le correspondant national du Washington Post, Philip Bump, a estimé qu'il a joué sa 64e partie de golf, la fin de semaine dernière.

Barack Obama a joué 29 parties de golf durant les 12 premiers mois de sa présidence, tandis que George W. Bush a golfé sept fois lors de sa première année, selon CBS News.

Si Trump continue de golfer aussi souvent, il va avoir joué 2,5 fois plus souvent qu'Obama, et environ 11 fois plus que Bush, durant la première année de mandat.

Les activités récréatives de Trump ne seraient pas un si grand sujet de discussion si ce n'était qu'il critiquait à répétition son prédécesseur avec des tweets comme celui-ci:

Pouvez-vous croire qu'avec tous les problèmes auxquels font face les États-Unis, le président Obama a passé la journée à jouer au golf. Pire que Carter.

Durant la campagne électorale, Trump a promis qu'il serait trop occupé à travailler pour jouer au golf en tant que président.

«Je ne quitterais que très rarement la Maison-Blanche parce qu'il y a tellement de travail à faire», racontait Trump à The Hill en 2015. «Je ne serai pas un président qui prend des vacances. Je ne serai pas un président qui prendrait congé.»

Maintenant, il semble être davantage sur la défensive.

«Je me rendrai au Trump National Golf Club, à Jupiter, pour jouer au golf (rapidement) avec Tiger Woods et Dustin Johnson», a écrit Trump vendredi. «Ensuite de retour à Mar-a-Lago pour des discussions sur comment ramener encore plus d'emplois et de compagnies aux États-Unis!»

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l'anglais.

VOIR AUSSI:

Les produits dérivés anti-Trump et pro-Trump