NOUVELLES

Des raids aériens russes tuent 34 civils dans l'est de la Syrie

Une quinzaine d'enfants fait partie des victimes.

26/11/2017 08:34 EST | Actualisé 26/11/2017 09:03 EST
AFP/Getty Images
La région de Deir Ezzor est en proie à de multiples violences depuis plusieurs mois, comme en témoigne cette image des membres du Croissant rouge en train de transporter Abu Mahmud, 90 ans, sur une civière, le 6 novembre dernier.

Au moins 34 civils, dont 15 enfants, ont été tués dimanche en Syrie dans des frappes de l'aviation russe sur un village tenu par le groupe Etat islamique (EI) dans l'est du pays, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les raids aériens, menés à l'aube, ont visé le village d'Al-Chafah dans la province de Deir Ezzor, où l'aviation russe soutient une offensive du régime de Bachar al-Assad pour reprendre aux jihadistes leurs derniers réduits, selon l'OSDH.

Au moins "34 civils, dont 15 enfants, ont été tués dans des frappes russes sur le village d'Al-Chafah", a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Les forces gouvernementales sont principalement engagées sur la rive ouest de l'Euphrate.

"Les combattants de l'EI fuient généralement les combats" en traversant le fleuve en direction de la rive est, où se situe le village d'Al-Chafah, selon M. Abdel Rahmane.

Après une montée en puissance fulgurante en 2014 et la conquête de vastes territoires en Syrie et en Irak, l'EI est désormais acculé dans ses derniers réduits à la frontière entre ces deux pays.

Les jihadistes contrôlent encore 9% de la province de Deir Ezzor, où ils sont confrontés depuis plusieurs mois à deux offensives distinctes -- du régime et d'une alliance arabo-kurde soutenue par Washington-- qui visent à les chasser de cette région riche en pétrole.

Les forces gouvernementales ont récemment réussi à reprendre à l'EI son dernier fief urbain en Syrie, la localité de Boukamal, près de la frontière.

Depuis plusieurs mois, des dizaines de civils ont été tués dans des frappes aériennes menées en appui à ces deux offensives.

Déclenché en 2011 par la répression gouvernementale de manifestations pacifiques prodémocratie, le conflit en Syrie s'est complexifié au fil des ans avec l'implication de pays étrangers et de groupes jihadistes.

Il a fait plus de 340 000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

À voir aussi: