NOUVELLES

Athlétisme/Dopage: La suspension de la Russie maintenue

La Russie est mise au ban depuis novembre 2015.

26/11/2017 09:39 EST | Actualisé 26/11/2017 09:39 EST
YANN COATSALIOU via Getty Images
Le président de l'IAAF, Sebastian Coe.

La Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) a maintenu la suspension de la Russie, mise au ban depuis novembre 2015 en raison d'un dopage institutionnalisé, a annoncé dimanche l'IAAF.

Cette décision intervient à quelques jours d'une réunion cruciale de la Commission exécutive du Comité international olympique (5-7 décembre à Lausanne) qui doit décider de la participation de la Russie aux JO-2018 d'hiver (9-25 février).

"Certaines conditions ont été remplies pour réhabiliter la Russie mais d'autres critères ne le sont toujours pas, comme la réhabilitation de l'Agence antidopage russe en qualité d'Agence antidopage indépendante et la reconnaissance par les autorités russes des conclusions du rapport McLaren et d'un dopage institué par les plus hautes autorités de l'Etat. Tant que ne sera pas reconnu ce qui s'est passé précédemment, on n'aura pas d'assurance que les choses ne se reproduiront pas", a déclaré Rune Andersen, le président de la Task Force indépendante mise en place par l'IAAF pour vérifier les progrès de la Russie dans la lutte antidopage.

La prochaine réunion du Conseil de l'IAAF n'ayant pas lieu avant les Mondiaux-2018 en salle (1-4 mars à Birmingham), les Russes seront donc exclus de cette compétition, comme ils l'ont été pour les JO-2016 et les Mondiaux-2017.

L'athlétisme russe est privé de compétitions depuis novembre 2015. Certains athlètes russes ont toutefois la possibilité de s'aligner sous drapeau neutre sous certaines conditions strictes. Dix-neuf d'entre eux ont ainsi participé aux derniers Championnats du monde.

L'IAAF a en effet proposé une porte de sortie aux athlètes russes qui pouvaient démontrer que leurs parcours et méthodes d'entraînement n'avaient pas été entachés par le système généralisé de dopage. L'un des critères stipule notamment qu'aucun d'entre eux ne doit figurer dans le rapport McLaren. Des réanalyses des échantillons prélevés lors des Mondiaux de Pékin en 2015 sont également obligatoires si les athlètes y ont participé.