NOUVELLES

Michael Flynn pourrait avoir décidé de coopérer avec l'enquête sur la Russie

L'ancien conseiller à la sécurité nationale des États-Unis était l'objet d'une enquête du ministère de la Justice.

24/11/2017 06:09 EST | Actualisé 24/11/2017 06:09 EST

Un avocat de l'ancien conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, Michael Flynn, a déclaré à l'équipe juridique du président Donald Trump qu'il ne communiquerait plus avec eux au sujet de l'enquête du procureur spécial Robert Mueller sur les ingérences russes dans la campagne présidentielle de 2016.

La décision pourrait être le signe que Michael Flynn a décidé de coopérer avec l'enquête de Robert Mueller ou encore qu'il négocie un accord pour lui-même.

La résolution a été communiquée cette semaine, selon une source familière avec le dossier ayant accepté de parler à l'Associated Press sous le couvert de l'anonymat.

Dans les grandes enquêtes criminelles aux États-Unis, les avocats de la défense échangent régulièrement des informations entre eux. Mais il peut devenir contraire à l'éthique de continuer une telle communication si l'une des cibles potentielles de l'enquête cherche à négocier un accord avec les procureurs.

Un des avocats de Michael Flynn n'a pas répondu à une demande d'entrevue jeudi. Un avocat du fils de Michael Flynn, Michael Flynn Jr., qui a également fait l'objet de l'enquête du procureur Mueller, a refusé de commenter.

C'est le New York Times qui a d'abord rapporté la décision de l'équipe juridique de l'ancien conseiller à la sécurité nationale des États-Unis.

Michael Flynn a été contraint de démissionner de son poste en février après que des responsables de la Maison-Blanche eurent conclu qu'il les avait induits en erreur sur la nature de ses contacts avec l'ambassadeur russe aux États-Unis pendant la période de transition.

Il a été interrogé par le FBI en janvier concernant ses communications avec l'ambassadeur, Sergey Kislyak. La procureure générale adjointe de l'époque, Sally Yates, avait rapidement informé les responsables de la Maison-Blanche que leurs déclarations publiques selon lesquelles Michael Flynn n'avait pas discuté de sanctions contre la Russie avec Sergey Kislyak étaient incorrectes et que Michael Flynn se trouvait donc dans une position compromettante.

L'ancien conseiller à la sécurité nationale des États-Unis était l'objet d'une enquête du ministère de la Justice en raison de ses relations d'affaires à l'étranger avant même que Robert Mueller ne soit nommé conseiller spécial en mai pour enquêter sur la possible coordination entre la campagne de Donald Trump et la Russie afin d'influencer l'élection présidentielle de 2016.

Michael Flynn est une figure clé dans l'enquête du procureur Mueller et il était un allié important de Donald Trump. L'ancien directeur du FBI James Comey a même déclaré que Donald Trump l'avait encouragé à mettre fin à l'enquête du FBI sur Michael Flynn lors d'une réunion privée dans le bureau ovale en février.

Le mois dernier, Robert Mueller a annoncé le dépôt de ses premières accusations dans le cadre de cette enquête.

George Papadopoulos, un ancien conseiller de Donald Trump a reconnu avoir menti à la police fédérale sur ses contacts avec les Russes alors que l'ancien président de la campagne présidentielle de M. Trump, Paul Manafort, et l'un de ses anciens collaborateurs, Rick Gates, ont plaidé non coupable aux accusations de complot qui pèsent contre eux.