POLITIQUE

Cannabis: les conservateurs «concentrés sur le but de bloquer» C-45, dit Scheer

Ils passeront par le sénat pour tenter d'atteindre leur objectif.

24/11/2017 11:39 EST | Actualisé 24/11/2017 14:01 EST

Le projet de loi sur la légalisation du cannabis ne passera pas comme une lettre à la poste au Sénat: le caucus conservateur est "concentré sur le but" de le "bloquer", prévient Andrew Scheer.

Le chef conservateur a signalé que les sénateurs conservateurs, bien que dorénavant minoritaires à la chambre haute, useront de "tous les outils démocratiques" pour atteindre leur objectif.

Le projet de loi C-45 sera mis aux voix en troisième lecture lundi prochain à la Chambre des communes, où il devrait aisément être adopté grâce à la majorité libérale.

Le gouvernement Trudeau, qui veut légaliser la substance en juillet 2018, a fait adopter une motion d'attribution de temps pour envoyer le plus rapidement possible la balle dans le camp du Sénat.

Or, à la chambre haute, les règles procédurales sont différentes - on ne peut limiter le débat, entre autres - et les conservateurs sont passés maîtres dans l'art de les utiliser à leur avantage.

"Nous sommes maintenant concentrés sur le but de bloquer ce projet de loi. Notre caucus pense que ce projet de loi a de gros problèmes", a-t-il tranché en entrevue téléphonique depuis Montréal.

Le chef Scheer n'a pas voulu préciser quelle stratégie serait mise à profit par le caucus du Parti conservateur au Sénat.

"Il y a des outils démocratiques dans notre système. Nous n'avons pas une majorité au Sénat en ce moment, mais on a des outils pour proposer des amendements, au minimum", a-t-il offert.

Les débats à la chambre haute, a-t-il prédit, ne dureront pas "seulement un ou deux jours", mais bien potentiellement "quelques mois".

Le chef espère s'inspirer du combat mené dans le dossier de la réforme fiscale du ministre des Finances, Bill Morneau, pour faire reculer les libéraux ou infléchir leurs positions.

Il veut "amplifier les voix des chefs autochtones, des maires, des premiers ministres des provinces, des experts médicaux" pour obtenir "une différente position du gouvernement".

Notons que les élus conservateurs du comité parlementaire qui a étudié le projet de loi en septembre dernier n'ont proposé aucun amendement à C-45.

Vers la légalisation

La réalité, cependant, demeure qu'un blocage au Sénat pourrait indisposer les provinces et les territoires, qui ont reçu le mot d'ordre du fédéral d'être prêts pour juillet 2018.

Il est donc improbable que le projet de loi C-45 meure à la chambre haute.

Le Saskatchewanais, qui est farouchement opposé à la légalisation du cannabis, n'a pas voulu dire ce qu'un gouvernement conservateur ferait de ce dossier s'il prenait le pouvoir en 2019.

Au printemps dernier, le lendemain de son élection comme chef du Parti conservateur, il avait laissé entendre qu'il faudrait vivre avec la légalisation du cannabis.

"Si la marijuana est légale depuis deux ans, on doit avoir une approche réaliste", disait Andrew Scheer le 28 mai dernier.

Il a refusé de répéter ces propos lors de l'entretien qu'il a accordé à La Presse canadienne, jeudi après-midi, alors qu'il sortait d'une rencontre avec la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

"Avant les élections de 2019, notre parti va exprimer notre position très, très clairement. Mais pour le moment, nous sommes concentrés sur le projet de loi qui est à l'étude", a-t-il tranché.

"Culbuter dans l'horreur et la tristesse"

En Chambre, vendredi, le libéral Kevin Lamoureux a accusé les conservateurs d'avoir l'intention de décriminaliser ce qui aurait été légalisé s'ils sont élus aux prochaines élections.

"Les conservateurs et les Hells Angels auront la même politique en matière de drogue en ce qui concerne le cannabis. Ils veulent décriminaliser, mais pas légaliser", s'est-il exclamé.

"Ça veut dire qu'on ne pourrait réglementer, et si on ne peut réglementer, je suis certain que les Hells Angels adoreraient (s'en charger)", a enchaîné M. Lamoureux.

Quelques minutes auparavant, le député conservateur Gérard Deltell y était allé d'une tirade en brossant un sombre portrait de ce qui attend le Canada avec ce régime légal de cannabis.

"Ça va créer des chicanes de famille incroyables, des divisions majeures, des enfants qui malheureusement vont culbuter dans l'horreur et la tristesse, et des parents qui seront démunis pour faire face à cette triste réalité", a-t-il lancé.

"Voilà ce qui s'en vient au Canada et qui portera à jamais la signature de l'actuel premier ministre", a regretté M. Deltell pendant ce débat en troisième lecture.

Il a été décidé vendredi que le vote final sur C-45 aurait lieu lundi.

À voir également:

Quelques exemples de lois sur le cannabis dans le monde