NOUVELLES

Trudeau et Notley demandent aux Eskimos de considérer un changement de nom

«Je crois qu'ils ont besoin d'avoir cette conversation. Je ne vais pas leur dire quoi faire», a souligné la première ministre de l'Alberta.

23/11/2017 06:06 EST | Actualisé 23/11/2017 14:42 EST

Le premier ministre Justin Trudeau et son homologue de l'Alberta Rachel Notley ajoutent leurs voix à celles d'autres personnalités pour réclamer une discussion sur un possible changement du nom de l'équipe des Eskimos d'Edmonton de la Ligue canadienne de football, par respect pour les Inuits.

Plusieurs considèrent le terme «Eskimo» comme une insulte, ou du moins comme un vestige du colonialisme, ce qui a amené plusieurs intervenants dans les dernières années à réclamer un nouveau nom pour l'équipe de football.

Cependant, des partisans de l'équipe rejettent l'idée puisqu'ils veulent conserver ce nom qui remonte à plus d'un siècle.

En conférence de presse mercredi, à Toronto, le premier ministre Trudeau a déclaré que dans le cadre de la réconciliation avec les Autochtones, il était nécessaire d'écouter les inquiétudes des autres et de comprendre «quelles habitudes du passé devraient changer».

M. Trudeau a affirmé qu'Edmonton devrait «certainement» réfléchir à cette question.

Il a ajouté que la réconciliation devrait se réaliser dans toutes les sphères de la société et pas seulement au gouvernement.

L'équipe des Eskimos a déclaré ce mois-ci qu'elle portait son nom avec «fierté et respect».

«À ce moment-ci, nous écoutons activement les conversations auxquelles les gens participent sur notre nom. Ces conversations sont en cours et nous écoutons avidement tous les points de vue, dont ceux de nos fidèles abonnés et de nos partisans», a dit la direction.

En entrevue avec La Presse canadienne, cette semaine, Rachel Notley disait croire que l'idée de mener une telle réflexion avec plusieurs intervenants — dont les peuples autochtones — démontrerait un grand leadership de la part des Eskimos.

«Je crois qu'ils ont besoin d'avoir cette conversation. Je ne vais pas leur dire quoi faire», a-t-elle déclaré.

«En tant que première ministre, je crois que ce serait bon pour moi d'entendre ce que les gens ont à dire là-dessus.»

Brent Just via Getty Images

Mme Notley a fait ces commentaires lors d'un passage à Ottawa, où les partisans de football se rassemblent en vue du match de la Coupe Grey, dimanche, qui se déroulera cette année entre les Argonauts de Toronto et les Stampeders de Calgary.

Le maire d'Edmonton, Don Iveson, a récemment dit qu'il voudrait que l'équipe prenne des mesures pour trouver un nouveau nom à temps pour le prochain championnat de la Ligue canadienne de football, que sa ville accueillera l'année prochaine.

Le maire de Winnipeg, Brian Bowman, s'est aussi exprimé pour le choix d'un nouveau nom.

Natan Obed, président de l'Inuit Tapiriit Kanatami — qui représente 60 000 Inuits — appuie cette démarche, qualifiant ce terme de «relique offensante du passé».

Selon le commissaire de la Ligue canadienne de football, Randy Ambrosie, les Eskimos adoptent la bonne approche.

«Ils ont des conversations, ils en discutent avec les communautés autochtones», a-t-il souligné.

«La chose que j'aime le plus dans le fait de résoudre des problèmes, c'est l'habileté de parler aux gens et je crois qu'Edmonton est engagée dans cette voie.»

M. Ambrosie croit toutefois qu'un changement de nom serait difficile à imaginer, étant donné tous les souvenirs sportifs qui y sont associés.

«Quand on a des maillots qu'on met de côté un jour, parce qu'on est fier, pour les donner aux enfants, et peut-être aux petits-enfants.... l'idée que ce nom s'en aille est difficile à concevoir.»