POLITIQUE

Trudeau annoncera le prochain juge de la Cour suprême la semaine prochaine

Le candidat retenu serait issu d'une province de l'Ouest ou du Nord du pays.

23/11/2017 13:07 EST | Actualisé 23/11/2017 13:07 EST
Czar Dancel / Reuters

Il n'y aura pas de vacance à la Cour suprême du Canada.

Le premier ministre Justin Trudeau a arrêté son choix, et il dévoilera la semaine prochaine l'identité du prochain juge qui siégera au plus haut tribunal au pays, selon les informations obtenues par La Presse canadienne.

Une source gouvernementale bien au fait du dossier a confirmé jeudi que le candidat retenu était issu d'une province de l'Ouest ou du Nord du pays, et qu'il était «effectivement bilingue».

Les sénateurs ont d'ailleurs été conviés à une séance de questions-réponses dont la date a été fixée au 5 octobre prochain.

Dans un courriel obtenu par La Presse canadienne, le représentant du gouvernement au Sénat, Peter Harder, les invite «à participer à une séance de questions dirigée avec le prochain candidat».

La grande question, pour plusieurs, est de savoir si un Autochtone accédera pour une première fois de l'histoire du Canada à un poste de juge à la Cour suprême du Canada.

En septembre 2016, alors qu'un siège de juge était à combler, le chef national de l'Assemblée des Premières Nations, Perry Bellegarde, avait émis des réserves quant au critère du bilinguisme.

Il avait expliqué à La Presse canadienne que plusieurs Autochtones parlent déjà leur propre langue, que le bilinguisme officiel français-anglais ne devrait pas constituer une barrière pour eux.

Le chef Bellegarde avait plaidé qu'il était plus que temps de nommer un juge autochtone au plus haut tribunal du pays, et que le gouvernement devrait en faire sa priorité.

Le gouvernement avait finalement arrêté son choix sur Malcolm Rowe, un juge de Terre-Neuve-et-Labrador, par respect de la convention de représentativité régionale.

Juge en chef

La prochaine étape, pour le premier ministre, sera la nomination de la personne qui succédera à Beverley McLachlin au poste de juge en chef.

La juge britanno-colombienne, qui a été la première femme à être élevée à ce poste, tirera sa révérence le 15 décembre prochain.

Il est prévu qu'elle donne une conférence de presse d'adieu à Ottawa le jour officiel de son départ à la retraite.

Elle aura occupé pendant 28 ans un siège à la Cour suprême du Canada, dont 18 ans celui de juge en chef.

Justin Trudeau deviendra le premier premier ministre à nommer une personne à ce prestigieux poste depuis Jean Chrétien, qui avait nommé Beverley McLachlin en 2000.

La ministre québécoise de la Justice, Stéphanie Vallée, et le Barreau du Québec l'ont exhorté à respecter la tradition d'alternance en désignant l'un des trois magistrats québécois.

VOIR AUSSI: