NOUVELLES

Des avatars virtuels pour aider les schizophrènes à combattre leurs voix

«Tu ne vaux rien !», lance un visage d'homme virtuel qui s'affiche sur l'écran.

23/11/2017 19:32 EST | Actualisé 23/11/2017 19:32 EST
Getty Images/iStockphoto

"Tu ne vaux rien !", lance un visage d'homme virtuel qui s'affiche sur l'écran. "Tu peux t'en aller s'il te plaît ?", lui répond une femme assise devant l'ordinateur. Pour aider des schizophrènes à combattre les "voix" dans leur tête, des chercheurs ont mis au point des avatars numériques censés les personnifier.

D'abord timide, la voix de la patiente se raffermit: "Je ne vais plus t'écouter !" Cet échange fait partie d'un traitement innovant mis au point par des chercheurs anglais et dont les premiers résultats sont présentés vendredi dans la revue The Lancet Psychiatry.

Soixante-quinze patients ont suivi cette thérapie pendant un essai de trois mois, tout en continuant leur traitement médicamenteux.

Selon les auteurs de ces travaux, sept de ces patients "ont complètement arrêté d'entendre des voix". En comparaison, ils étaient seulement deux dans un autre groupe-témoin de 75 personnes qui ont reçu des conseils médicaux à la place de la thérapie basée sur les avatars.

Environ deux-tiers des schizophrènes entendent des voix imaginaires qui, souvent, les insultent ou les menacent, selon l'auteur principal de l'étude, Tom Craig, du King's College de Londres.

Le plus souvent, les médicaments réduisent les symptômes mais un quart des patients continue d'entendre ces voix, souligne l'étude. C'était le cas des 150 personnes qui y ont pris part et vivent avec trois ou quatre "voix" en moyenne.

Les avatars permettent de matérialiser ces voix menaçantes afin que les patients les affrontent puis les dominent, font valoir les auteurs de l'étude.

Grâce aux indications des patients, la tonalité de la voix qui les tourmente et le visage qu'ils y associent sont recréés par ordinateurs.

Ils suivent ensuite six sessions de 50 minutes lors desquelles ils sont confrontés à cet avatar par ordinateur interposé. Dans une autre pièce, le thérapeute les guide via un micro. C'est aussi lui qui endosse la voix de l'avatar et le fait s'adresser au patient.

Le but est qu'au fil de la thérapie, le patient prenne confiance, devienne de plus en plus affirmatif et que l'avatar cède du terrain.

"On passe de quelque chose de très effrayant à quelque chose qui est sous le contrôle de la personne", affirme M. Craig.

Les experts indépendants qui ont commenté ces travaux les jugent prometteurs mais estiment que d'autres essais sont nécessaires afin d'en confirmer l'efficacité et de définir le type de patients auxquels ils conviennent le mieux.

Quelque 20 millions de personnes dans le monde sont atteints de schizophrénie, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

mlr-pr/BC/ial/phc

VOIR AUSSI: