NOUVELLES

Cuba pourrait servir d'entremetteur avec la Corée du Nord, selon Trudeau

«La situation empire de manière régulière», a souligné Trudeau.

23/11/2017 18:19 EST | Actualisé 23/11/2017 18:19 EST
Jorge Silva / Reuters

Justin Trudeau affirme que le Canada pourrait jouer un rôle important pour désamorcer la tension mondiale envers le régime nord-coréen en collaborant avec Cuba. Une solution dont le premier ministre dit avoir discuté avec le président Raul Castro lors d'une rencontre à La Havane, l'an dernier.

Justin Trudeau a révélé jeudi avoir eu ces discussions avec Cuba, qui entretiendrait de bonnes relations diplomatiques avec la Corée du Nord. Il a fait cette déclaration à Charlottetown en répondant à une question portant sur la menace d'une guerre nucléaire.

Il a laissé entendre que certains messages pourraient être transmis à travers les relations diplomatiques cubaines.

Le Canada démontre un grand intérêt face à la position agressive de la Corée du Nord puisque le développement de son arsenal nucléaire pourrait avoir un impact direct sur les Canadiens.

Le premier ministre indique que la trajectoire de vol potentielle des missiles intercontinentaux nord-coréens pourrait passer au-dessus du territoire canadien.

Justin Trudeau reconnaît qu'aucune des tentatives de la communauté internationale n'a pu prévenir la situation actuelle, où la Corée du Nord s'approche de l'obtention d'un arsenal nucléaire capable de menacer ses voisins et même le monde.

«La situation empire de manière régulière», a souligné M. Trudeau.

Selon le premier ministre, l'approche choisie par les États-Unis est une combinaison de sanctions, de pressions diplomatiques et de menaces militaires.

Il a laissé entendre que l'approche préconisée par le Canada est différente.

«C'est le genre de choses où le Canada peut jouer un rôle que les États-Unis ont choisi de ne pas jouer dans la dernière année», a-t-il déclaré.

Plus tôt cette semaine, l'agence d'information officielle de la Corée du Nord a qualifié la décision du président Donald Trump d'inscrire Pyongyang sur la liste des États qui soutiennent le terrorisme de provocation sérieuse qui justifie le développement d'un arsenal nucléaire.

L'agence officielle a répondu que la Corée du Nord n'a aucun lien avec le terrorisme et qu'elle «se fiche que les États-Unis lui fassent porter ou non le chapeau du terrorisme».

VOIR AUSSI: