DIVERTISSEMENT

Natalie Portman raconte qu'elle a «100 histoires» d'expériences désagréables à Hollywood

Si elle n'a pas vécu d'agressions sexuelles, elle a vécu d'autres types d'agressions.

21/11/2017 16:38 EST | Actualisé 21/11/2017 16:38 EST
Mario Anzuoni / Reuters

Natalie Portman était de passage au festival Vulture à Los Angeles dimanche, où elle s'est prononcée sur les événements des dernières semaines, c'est-à-dire les cas d'agressions sexuelles à Hollywood.

Le site web de divertissement Vulture, qui est associé au festival, a ensuite partagé des extraits de l'entrevue de Portman.

«Quand j'ai entendu toutes les histoires sortir au grand jour, je me suis estimée chanceuse de n'avoir jamais rien vécu de tel. Mais après avoir réfléchi, j'étais comme, ok, je ne me suis jamais fait agresser sexuellement, mais j'ai vécu de la discrimination ou de l'agression dans presque tous les projets sur lesquels j'ai travaillé d'une façon ou d'une autre», a-t-elle expliqué lors d'une entrevue au festival. «J'ai pensé d'abord que je n'avais pas d'histoire à raconter, et ensuite j'y ai repensé et je me suis dit: «Attends, j'ai 100 histoires.» Et je pense que plusieurs personnes ont ces réflexions avec eux-mêmes, des choses qu'ils tenaient pour acquises comme faisant partie du processus.»

Portman raconte une fois où un producteur lui a offert de l'accompagner sur un avion privé jusqu'à sa destination. Elle a noté qu'un lit était fait. Si, finalement, rien n'est arrivé, elle a eu la frousse. «Je lui ai dit: «Je ne me sens pas confortable avec ça» et ça a été respecté. Mais ce n'est pas du tout correct, vous savez?»

L'actrice a admis que lorsqu'elle était plus jeune, elle a refusé des rôles qui l'auraient objectifiée parce qu'elle ne voulait pas se faire associer à des rôles de Lolita.

Elle a aussi raconté que les plateaux de tournage sont encore des environnements dominés par les hommes. «C'est très rare d'avoir des membres de l'équipe qui sont des filles à part pour les coiffeuses, les maquilleuses et les costumières - les départements stéréotypés pour les femmes - et je pense que les femmes font l'expérience de situations similaires dans plusieurs industries. Si vous avez l'opportunité de travailler, vous êtes souvent la seule femme dans la salle. J'entends ceci d'amies qui sont avocates, femmes d'affaires et auteures sur des émissions.»

Portland se demande même si c'est une décision délibérée de la part des dirigeants parce que ça évite que les femmes aient l'opportunité de partager leurs histoires et que ça empêche le mentorat de femmes par d'autres femmes.

«Il faut travailler fort pour trouver et connecter avec des gens qui font la même chose parce qu'il n'y a souvent qu'un seul siège à la table», note-t-elle.

Si l'actrice a eu plusieurs expériences positives avec des réalisateurs hommes, dont Darren Aronofsky (Black Swan) et Mike Nichols (Closer, The Seagull), elle raconte une fois où un réalisateur a été sec avec elle, lui disant: «Tu es fatigante.»

«J'étais comme: Je suis fatigante parce que je donne mon opinion par rapport à mon travail? Et c'était complètement différent avec les acteurs qui étaient avec moi dans la même salle», ajoute-t-elle. «Au point où un des acteurs avec qui je travaillais m'a défendue et lui a dit qu'il ne m'écoutait pas, alors qu'il l'écoutait, lui, et qu'on disait sensiblement la même chose.»

On applaudit Portman pour son courage!

VOIR AUSSI: