NOUVELLES

Le Vieux-Québec sera recréé en Chine!

On pourra visiter une réplique de la Vieille Capitale de 3 kilomètres carrés à une heure de train de Shanghai.

20/11/2017 17:22 EST | Actualisé 20/11/2017 17:26 EST
Pgiam via Getty Images

La ville de Québec en est une des plus touristiques en Amérique du Nord. Des gens viennent de partout dans le monde pour visiter les attraits de la Vieille Capitale, qui est d'ailleurs la seule ville fortifiée au nord du Mexique. Si d'habitude, il s'agit de quelques heures de route pour se rendre à Québec de Montréal ou d'ailleurs dans la province, on pourra bientôt visiter le Vieux-Québec à l'autre bout du monde! En effet, la compagnie JC Group se lance dans le projet Art City of Ocean Culture Lvsi Québec, selon Le Devoir.

Le groupe d'investisseurs chinois JC Group veut recréer le Vieux-Québec à Qidong, une ville située à une centaine de kilomètres de Shanghai. Il y aurait une réplique du Château Frontenac, du sirop d'érable, un hôtel cinq étoiles, des résidences privées, une salle de spectacle et même une école internationale et un parc thématique, tout ça à l'intérieur de 3 kilomètres carrés! Cette création est un partenariat public-privé.

La première phase de construction pour les édifices commerciaux et les routes est terminée, selon ce qu'a révélé Alexandra Jin, la codonfatrice de JC Group et présidente de JC Group Canada, au journal Le Devoir.

Ce Vieux-Québec chinois ouvrira ses portes à partir de juin 2018, et le projet sera terminé d'ici trois à cinq ans. Selon Madame Jin, ce projet emploiera 30 000 personnes et attirera environ huit millions de visiteurs par année. Pour se rendre à ce deuxième Québec, un train rapide de Shanghai devrait se rendre à Qidong en moins d'une heure et ce, dès 2021.

Ce n'est pas la première fois que les Chinois recréent des villes de d'autres pays, mais la plupart de ces projets ont été des échecs. Par exemple, les neufs banlieues de Shanghaï du projet One City, Nine Towns sont plus désertes qu'autre chose. Pour ne pas que la même chose se reproduise, Jin explique que l'immobilier ne sera que 15 à 20% du projet total.

En fait, le but est surtout de promouvoir la culture québécoise et d'attirer les touristes, selon Madame Jin.

Et que pense le maire de Québec de tout ça? «C'est flatteur. Si c'est bien fait, ça peut avoir un impact et du rayonnement pour la ville, attirer l'attention sur l'original», explique l'attaché de presse de Régis Labeaume, Paul-Christian Nolin.

On a hâte de voir comment Québec peut être recréé par des Chinois, mais ça va prendre plus de temps pour s'y rendre...