NOUVELLES

Crise au Zimbabwe: des milliers de personnes manifestent contre Mugabe à Harare

Le rassemblement était euphorique.

18/11/2017 12:57 EST | Actualisé 18/11/2017 12:57 EST

Dans le cadre d'un rassemblement euphorique qui aurait été réprimé par la police il y a quelques jours à peine, les Zimbabwéens ont défilé dans les rues de Harare, samedi, afin de réclamer le départ du président Robert Mugabe.

Il s'agit de la première manifestation publique depuis que l'armée a placé M. Mugabe en détention à domicile plus tôt cette semaine. Pour l'occasion, la majorité des quelque 1,6 million d'habitants de la capitale du Zimbabwe semblaient être descendus dans les rues.

Des milliers de personnes manifestent contre Mugabe

Ivres de joie, les manifestants couraient et levaient les bras en signe de triomphe. Des jeunes hommes criaient, riaient et s'étreignaient. Certains dansaient sur le toit d'autobus ou de voitures. Des milliers de personnes se sont rendues devant la maison de l'État, protégée par des soldats, alors que d'autres ont préféré se réunir devant la luxueuse résidence de Robert Mugabe.

Des vétérans de la longue lutte pour la libérer le pays du joug de la minorité blanche, autrefois alliés de M. Mugabe, ont pris part au rassemblement en compagnie de militants de l'opposition ayant longtemps été persécutés par le gouvernement.

Âgé de 93 ans, Robert Mugabe est le plus vieux chef d'État au monde et l'un des derniers leaders du mouvement de libération nationale de l'Afrique toujours en poste près de 37 ans après son arrivée au pouvoir.

Selon des sources, le politicien zimbabwéen aurait réclamé davantage de temps pour négocier avec les autres dirigeants de la région, qui souhaitent lui ménager une sortie avec un semblant de dignité.

Dans les faits, Robert Mugabe n'a cependant plus de pouvoir et a pratiquement perdu tous ses alliés. Son parti politique l'a abandonné et a réclamé une réunion extraordinaire du Comité central afin d'obtenir son départ et celui de sa femme.

Une procédure de destitution pourrait également être lancée par le Parlement, qui doit reprendre ses activités mardi.