POLITIQUE

« L’heureuse guerrière », Valérie Plante assermentée comme première mairesse de Montréal

Elle a énuméré les cinq défis prioritaires de son administration.

16/11/2017 17:05 EST | Actualisé 17/11/2017 06:05 EST

La chef de Projet Montréal a officiellement pris le titre de mairesse de Montréal jeudi, à l'issue de la cérémonie d'assermentation des élus.

L'arrivée de Valérie Plante, première mairesse de Montréal, a été précédée d'une présentation montrant certaines figures féminines marquantes de l'histoire de la métropole, à commencer par la cofondatrice de Ville-Marie, Jeanne Mance. Elle a promis d'utiliser son rôle pour se battre pour ses concitoyens.

«Vous ne le savez peut-être pas, mais mon surnom est "l'heureuse guerrière"», a-t-elle lancé.

Mme Plante a énuméré les cinq défis prioritaires de son administration: la mobilité, la sécurité, l'habitation, l'efficacité des services publics et le développement économique.

«Nous devons faciliter les déplacements, que ce soit en métro, à vélo, à pied, en autobus ou en auto. La mobilité est un facteur clé de développement tant économique que social. Je vous demande [les élus] de travailler sans cesse pour qu'une meilleure mobilité devienne une réalité. Nous pouvons y arriver parce que nous avons des partenaires à Québec et à Ottawa qui veulent la même chose que nous et qui sont prêts à investir pour y arriver», a-t-elle dit.

La cérémonie d'assermentation des élus_ Valérie Plante

Un message pour Amazon?

Mme Plante avait aussi un message pour les grandes entreprises comme Amazon qui souhaiteraient s'installer à Montréal.

«Notre développement économique doit être inclusif. Il doit mettre l'accent sur le développement local et les besoins locaux. [...] Il doit favoriser une seine intégration des investissements internationaux et des grandes entreprises, qui devront comprendre qu'elles s'installent dans des milieux de vie et que les populations locales doivent en être bénéficiaires», a lancé Mme Plante.

Le chef de l'opposition officielle, Lionel Perez, a souligné qu'il y a des inquiétudes dans la communauté d'affaires au sujet de l'administration Plante. Il estime que le dossier de la brasserie Molson, qui songe à s'installer sur la Rive-Sud, sera un test de sa capacité à attirer des entreprises.

«On veut que la brasserie reste à Montréal. C'est très important du point de vue historique, du point de vue du lien entre Molson, le centre-ville et le Grand Montréal. [...] On va voir si la mairesse va pouvoir s'assurer qu'elle fait tout ce qui est possible pour garder la brasserie à Montréal», a-t-il dit en marge de l'assermentation.

M. Perez a réitéré qu'il compte mener une opposition forte à l'hôtel de ville, tout en offrant sa collaboration à la mairesse.

«On entend beaucoup les priorités. Ce qu'il faut entendre en plus, c'est les moyens. [...] On va être là pour faire des suggestions.»

Dossier difficile en habitation

La nouvelle mairesse estime toutefois que l'habitation sera le défi le plus difficile à accomplir.

«Ce défi est immense car il nécessite la collaboration des partenaires provinciaux, fédéraux et des bâtisseurs. [...] Nous devons bâtir de nouveaux quartiers plus familiaux . Nous devons favoriser la mixité sociale, culturelle et économique et inclure des logements sociaux et abordables dans les projets d'habitation. [...] Nous devons faire mieux que ce que nous avons fait par les années passées.»

Rappelons que Mme Plante souhaite créer 12 000 logements sociaux et abordables au cours de son mandat, notamment en obligeant les promoteurs immobiliers à inclure 40% d'unités de ce type dans leurs projets résidentiels. À cela s'ajoute un objectif de 1200 logements pour itinérants.

Fidèle à l'habitude de Projet Montréal, Mme Plante a indiqué qu'elle souhaite sécuriser les piétons et rapprocher les services municipaux du quotidien des citoyens.

Mme Plante doit maintenant choisir les élus qui l'épauleront au sein du comité exécutif, aux côtés du maire du Sud-Ouest Benoit Dorais, qui en assurera la présidence.