POLITIQUE

Les constructeurs et les propriétaires préoccupés par les promesses en habitation de Valérie Plante

Projet Montréal s'attaque-t-il à la mauvaise cible pour retenir les familles?

17/11/2017 06:33 EST | Actualisé 17/11/2017 06:34 EST
Paméla Lajeunesse

Les entrepreneurs en construction réclament une rencontre «le plus rapidement possible» avec la mairesse fraîchement assermentée de Montréal, Valérie Plante. Ils souhaitent lui faire part de leurs préoccupations concernant ses promesses en matière d'habitation.

Lors de la campagne électorale, Mme Plante a promis de demander aux promoteurs immobiliers d'inclure au moins 40% de logements sociaux et abordables dans leurs projets de plus de cinq unités. À cela s'ajouterait une obligation d'avoir 20% de logements de trois chambres et plus, tout type confondu, pour les plus grands projets.

L'Association des professionnels de la construction et de l'habitation du Québec (APCHQ) a envoyé une lettre à Mme Plante au cours des derniers jours. En entrevue au HuffPost Québec, son porte-parole affirme qu'il existe des «questionnements» au sein de ses membres en ce qui concerne l'impact que ces mesures pourraient avoir sur le marché immobilier.

«Il est difficile pour les jeunes familles d'acheter une première propriété. On ne veut pas nuire à l'accès à la propriété. Ça demeure une préoccupation», affirme François-William Simard, vice-président développement stratégique et communications à l'APCHQ.

M. Simard se fait toutefois rassurant.

«La mairesse a eu une main tendue aux promoteurs immobiliers. Nous voulons collaborer», dit-il.

Du côté de la Corporation des propriétaires immobiliers du Québec (CORPIQ), on estime que Mme Plante et Projet Montréal s'attaquent à la mauvaise cible s'ils veulent retenir les familles.

«On vient d'avoir les chiffres du recensement. Le problème principal n'est pas taille des logements, c'est l'abordabilité. Les gens n'ont pas assez d'argent pour s'acheter une propriété», affirme Hans Brouillette, directeur des affaires publiques de la CORPIQ.

En octobre, Statistique Canada a révélé que 24,6% des ménages de la région métropolitaine de Montréal consacrent 30% de leurs revenus ou plus au logement, un taux légèrement plus élevé que la moyenne canadienne. L'agence n'offre toutefois pas de comparatif entre Montréal et les banlieues.

Soulignons que Mme Plante a aussi promis d'éliminer les droits de mutation, ou «taxe de bienvenue», pour les familles ayant au moins un enfant.

Lors de son assermentation, la nouvelle mairesse a dit que l'habitation serait un des défis les plus difficiles de son administration, notamment à cause de la collaboration requise des deux autres paliers de gouvernement et des entreprises. Elle promet de s'y attaquer rapidement.

«C'est dans les prochaines rencontres. Nous avons déjà eu des rencontres avec nos partenaires en matière de mobilité et de transport, tant à Ottawa qu'à Québec. Pour l'habitation, ces rencontres sont à venir parce que c'est un des mandats importants et ça demande du temps», affirme Mme Plante.

La première magistrate rappelle qu'elle souhaite utiliser les nouveaux pouvoirs accordés à Montréal en matière d'habitation grâce au statut de métropole.

Voir aussi: