NOUVELLES

Les Canadiens règlent plus souvent leurs achats avec de l'argent comptant

Particulièrement lorsqu'il s'agit de petites sommes d'argent.

16/11/2017 18:53 EST | Actualisé 16/11/2017 18:56 EST
Getty Images/iStockphoto

Les Canadiens préfèrent régler leurs achats avec de l'argent comptant, particulièrement lorsqu'il s'agit de petites sommes d'argent, révèle un rapport de la Banque du Canada.

En s'appuyant sur deux enquêtes réalisées par la banque centrale en 2015 et en 2013, le document conclut que 51 pour cent des transactions réalisées en 2015 l'ont été à l'aide d'espèces. Les paiements par cartes de débit suivaient, dans une proportion de 31 pour cent, tandis que ceux réalisés à l'aide d'une carte de crédit représentaient 19 pour cent des transactions.

Presque tous les commerçants de petite et moyenne taille, soit 94 pour cent, et les grands établissements commerciaux, soit 98 pour cent, acceptent les paiements en argent comptant, et la plupart des consommateurs gardent de l'argent physique dans leur portefeuille.

La somme médiane des paiements réglés en espèces était la plus petite de tous les moyens de paiements, à 8,04 $. Le montant médian réglé avec une carte débit était de 28,33 $, tandis que celui des transactions pour lesquelles une carte de crédit avait été utilisée était de 43,85 $.

Selon la Banque du Canada, les marchands semblent préférer les paiements en espèces et en cartes débit, puisqu'ils sont moins coûteux, pour eux, que ceux réalisés avec les cartes de crédit. Seulement les deux tiers des petites et moyennes entreprises acceptent les cartes de débit et de crédit, a précisé la banque centrale, tandis que presque toutes les grandes entreprises le font.

En 2014, les marchands canadiens ont déboursé 10 milliards $ pour accepter divers modes de paiement. De ce montant, 6,2 milliards $ étaient attribuables aux cartes de crédit.

Cependant, poursuit le rapport, certaines innovations, comme les cartes sans contact, continueront de se substituer à l'argent comptant et pourraient accélérer son déclin.