BIEN-ÊTRE

Montréal-Halifax en train : le rare plaisir de prendre son temps

Tout le charme d'une aventure ferroviaire inoubliable.

15/11/2017 15:17 EST | Actualisé 15/11/2017 15:18 EST
Courtoisie VIA Rail

Étrangement, dans notre beau et vaste pays bâti pratiquement grâce au chemin de fer, on ne songe que rarement au train pour se déplacer sur de longues distances. Il est vrai que le facteur temps peut en décourager plus d'un – nous sommes loin des TGV d'Europe, disons. Pourtant, c'est justement là que réside tout le charme d'une aventure ferroviaire.

Courtoisie VIA Rail

Photo: Courtoisie VIA Rail

Durant les quelque 22 heures que dure le voyage Montréal-Halifax, rien n'est plus agréable que cette lente progression des paysages, la douce torpeur qui nous gagne peu à peu sous l'hypnotique effet du roulement, le loisir que l'on a de se promener librement d'un wagon à l'autre, d'observer le panorama, de somnoler confortablement, de faire un brin de causette avec les autres passagers... Le train a quelque chose de convivial et de reposant que l'avion n'aura jamais.

S'offrir le luxe d'une voiture-lit

Pour un maximum d'allégresse, il faut s'offrir le luxe d'une voiture-lit (luxe, d'ailleurs, qui peut être étonnamment abordable si l'on s'y prend comme il faut). Alors, le célébrissime adage qui dit que l'important n'est pas la destination mais le voyage lui-même trouve tout son sens. Il s'agit en quelque sorte d'une croisière terrestre, où les petits plaisirs cités plus hauts se doublent de celui, inégalé, de s'endormir dans des draps craquants qui sentent bon la lessive, sous un duvet tout moelleux, bercé comme dans le sein maternel dans ce lieu mouvant dont même l'étroitesse ravit. Jamais on n'aura eu si hâte de se mettre au lit !

Courtoisie VIA Rail

Photo: Courtoisie VIA Rail

Comme le passage en voiture-lit comprend les repas, on appréciera le décorum un peu suranné du wagon-restaurant, les couverts de bon acier bien rutilants, le linge blanc, le service all canadian – bilingue, affable et bon enfant. Même la gastronomie ferroviaire se révèle d'une étonnante qualité si on la compare à la tambouille de la plupart des compagnies aériennes. Chaudrée de poisson ma foi très honnête en entrée, abondante salade-repas de jeunes pousses bien fraîches garnie d'amandes et de feta, délicieux gâteau pommes-érable pour dessert... VIA a en outre le bon goût de proposer une sélection de vins de Nouvelle-Écosse (dont un petit pinot grigio qui n'est pas du tout à dédaigner), à 8$ le verre.

Des rencontres assurées

Comme les places sont limitées dans la salle à manger, il peut arriver que l'on ait à partager sa table avec des étrangers. C'est alors l'occasion de faire de nouvelles connaissances. Ainsi en fut-il, un soir, avec ce couple de Saint-Hilaire, qui avait choisi de s'offrir un petit séjour hors du temps, un week-end à Halifax comme d'autres vont à Québec ou à Toronto. Ou ce monsieur qui rentrait chez lui, à Miramichi, après un congrès à Montréal, et qui avait choisi le train plutôt que l'avion pour le simple plaisir de la chose.

Courtoisie VIA Rail

Photo: Courtoisie VIA Rail

Entre autres privilèges, les passagers des voitures-lits ont accès au wagon panoramique, situé en queue de convoi, d'où l'on voit le long serpent argenté du train onduler dans les paysages endormis. Des voyageurs matinaux ont même eu la chance d'observer trois orignaux surpris par notre passage, alors que le soleil encore bas rasait la campagne de sa lumière oblique.

Artiste à bord

Sur le trajet Montréal-Halifax (ou vice-versa !), VIA Rail offre à des musiciens professionnels de voyager gratuitement ou à tarif réduit, en échange de quoi ils se produisent au bénéfice des passagers. C'est ainsi que nous avons pu entendre Ambre McLean, jeune femme au talent indéniable, interpréter quelques-unes de ses compositions ainsi que l'éternelle Halleluiah de Leonard Cohen, que tous ont reprise en chœur dans la voiture dite «de service». Un beau moment de canadianité !

Pour découvrir Ambre McLean.

Le train entre en gare d'Halifax vers 18h, et c'est presque à regret qu'on en descend. Mais il reste à explorer la ville, ce qui se fait aisément à pied, le temps de poser ses valises à l'hôtel. L'un des avantages de voyager en train, c'est qu'on débarque toujours en plein centre-ville, contrairement à l'avion, qui vous largue généralement au diable vauvert. On est donc, à l'instant, à deux pas de tout !

À voir à Halifax

Le musée canadien de l'immigration du Quai 21, qui raconte l'histoire des grandes vagues d'immigration qui ont façonné le Canada.

Le musée maritime, où une exposition porte sur la grande explosion qui a soufflé Halifax en 1917, dont on soulignera d'ailleurs le 100e anniversaire le 6 décembre prochain.

Le district Hydrostone, un ensemble résidentiel de style jardin anglais bâti sur les ruines laissées par la fameuse explosion. Charme et convivialité sont au rendez-vous.

Trop cher, le train ?

Si l'on tient compte de ce coûteraient une nuit à l'hôtel et trois repas, non, le train n'est pas cher. On trouve actuellement un aller simple Montréal-Halifax en cabine pour deux (donc en occupation double) pour 265$ par personne. Même l'avion ne peut battre ça !

Bon à savoir

VIA Rail a augmenté de 64% son offre de départs pour Halifax à l'occasion des Fêtes. Pour profiter des meilleurs tarifs, consulter la section «Aubaines» sur le site de VIA : www.viarail.ca

«Ce voyage a été rendu possible grâce à VIA Rail».

À VOIR AUSSI