NOUVELLES

Un salon de l'emploi destiné aux transgenres tente de provoquer le changement

Il y aura une quinzaine d'employeurs présents, selon l'organisatrice.

13/11/2017 14:39 EST | Actualisé 13/11/2017 14:39 EST
Gajus

Une femme transgenre de Toronto organise une foire de l'emploi destinée aux transgenres afin d'essayer de provoquer un changement systémique dans la main-d'œuvre canadienne.

Biko Beauttah, qui est arrivée au Canada en tant que réfugiée du Kenya il y a 11 ans, affirme que les personnes transgenres ont souvent du mal à trouver un emploi dans des milieux conventionnels et se tournent donc vers le commerce de la drogue et la prostitution.

Elle a fondé l'organisme Trans Workforce afin d'organiser la foire de l'emploi qui se tiendra la semaine prochaine et qui est destinée à la communauté transgenre de Toronto.

À la suite de multiples tentatives pour mettre en place ce salon, Mme Beauttah a confirmé qu'elle était en mesure de tenir l'événement avec l'aide de groupes de la communauté LGBTQ.

«L'idée est née de mon expérience et de l'incapacité que j'ai vécue à trouver du travail malgré mes neuf années d'études postsecondaires», a déclaré Mme Beauttah, une transgenre qui se considère comme étant une femme.

«La marginalisation persistante des personnes trans, vous pouvez la constater dans notre absence de représentation dans la structure des entreprises», a déclaré Biko Beauttah.

Elle considère cette absence de personnes transgenres dans la main-d'œuvre conventionnelle comme l'un des principaux enjeux non résolus dans le mouvement des droits civils des personnes LGBTQ.

Biko Beauttah a déclaré qu'il y aura une quinzaine d'employeurs à la foire, qui se tiendra le 20 novembre. Les Forces armées canadiennes, la Banque Toronto-Dominion et Indigo sont parmi les employeurs potentiels.

Alors que de plus en plus d'entreprises commencent à manifester leur intérêt pour la foire, Mme Beauttah a affirmé que le choix d'employeurs qui voulaient résolument régulariser la présence de transgenres dans leur main-d'œuvre était un facteur important.

La page de l'événement sur le réseau social Facebook indique que plus de 200 personnes sont intéressées par la foire de l'emploi ou prévoient y assister.

Alors que Mme Beauttah souhaite que des événements comme celui-ci se répandent dans d'autres villes, elle a également déclaré que la communauté transgenre et non-binaire pourrait prochainement atteindre le stade où elle n'aurait pas besoin de compter sur son organisation.

«J'espère qu'un jour Trans Workforce ne sera pas vraiment nécessaire parce que les gens embaucheront des gens en raison de leurs compétences et de leur talent, et non en fonction de leur sexe», a déclaré Mme Beauttah.

À voir aussi: