NOUVELLES

Pourquoi des hommes se masturbent devant des femmes sans leur consentement?

Une thérapeute et une psychanalyste explique ce qui motive le comportement en lien avec les allégations contre Louis C.K.

11/11/2017 15:12 EST | Actualisé 11/11/2017 15:29 EST
Kevork Djansezian / Reuters
Louis C.K.

Cinq femmes ont accusé Louis C.K. d'inconduite sexuelle dans un rapport du New York Times publié jeudi. La plupart des allégations impliquent de la masturbation sans consentement.

Ceci dit, depuis le dernier mois, un nombre stupéfiant de femmes se sont confiées à propos d'histoires d'agressions et d'harcèlement sexuel aux mains d'hommes puissants dans leurs industries. Certaines de ces rencontres incluaient de la masturbation non consensuelle.

Dans une entrevue avec HuffPost États-Unis, Quandra Chaffers, une thérapeute et travailleuse sociale clinique spécialisée dans les comportements sexuels problématiques, dit qu'il n'y a rien de malsain ou d'inhabituel quant à la masturbation en tant qu'acte sexuel.

«La masturbation en tant que tel est la reconnaissance que le toucher est agréable, ce qui n'est pas différent que manger lorsqu'on a faim», note Chaffers. «Notre société est toujours très puritaine et a peur d'avoir du plaisir. Je ne veux pas diaboliser la masturbation.»

Cependant, Chaffers dit que le besoin de se masturber devant quelqu'un sans son consentement devrait être compris en tant qu'expression de violence, et non en tant qu'acte sexuel déviant.

«J'aime utiliser la métaphore que si votre agresseur vous tape sur la tête avec une poêle à frire, vous n'appellerez pas ça de la cuisine. La personne utilise la masturbation en tant qu'arme, et c'est de la violence», explique Chaffers.

Parfois, les agresseurs choisissent de se masturber au lieu d'agresser physiquement une victime parce que c'est une façon calculée d'éviter la responsabilité de leur acte, explique-t-elle.

De plus, Chaffers souligne que plusieurs prédateurs sexuels ont une compréhension assez vague de la violence sexuelle. «Certains hommes commettent un viol coercitif et ne savent pas ce qu'ils ont fait», souligne-t-elle. «Ils pensent que c'est correct, par exemple, de donner un verre supplémentaire à une femme dans l'espoir qu'autre chose se passe. On enseigne seulement aux hommes à penser "Je ne lui ai pas sauté dessus." Nos idées de la violences sont assez limitées.»

Selon le département américain de la Justice, l'agression sexuelle est définie comme «n'importe quel type de contact ou de comportement sexuel qui se passe sans le consentement de l'autre.

Selon la psychanalyste Dayle M. Kramer, le besoin de se masturber tout en forçant des gens à regarder n'est pas seulement un désir d'avoir du pouvoir et du contrôle, mais provient aussi de sentiments de colère, de faiblesse, d'humiliation et de honte.

La sexologue Alexandra Jatehakis, qui a été interviewée par The Cut, a décrit la masturbation non consensuelle comme une manifestation «d'hostilité sexuelle» envers ses victimes, ce qui peut parfois être retracé à des traumatismes ou à de l'abus vécu pendant l'enfance. Kramer a appuyé cette possibilité.

Cependant, Chaffers croit que l'historique personnelle n'est pas le facteur numéro un en ce qui concerne le comportement prédateur. «Si je peux identifier une raison pour la perpétration d'offenses sexuelles, c'est le manque d'empathie», dit-elle.

Plusieurs hommes puissants, dont Louis C.K. et Harvey Weinstein, ont fait les manchettes récemment pour avoir utilisé leur privilège et leur status pour déshumaniser, agresser et silencer les femmes. Cependant, ce genre de violence sexuelle n'est pas limitée aux gens riches et célèbres. Après que l'histoire de Louis C.K. soit sortie jeudi, des femmes ont tweeté à propos de leurs expériences. Les réponses se sont fait entendre: les femmes ont été victimes de masturbation non consensuelle dans le métro, à un arrêt d'autobus, sur un terrain de tennis ou encore sur un pont la nuit. La plupart des femmes étaient mineures lorsque c'est arrivé.

Kramer explique que parce que la masturbation est un sujet rarement abordé dans la culture populaire, surtout par rapport aux agressions sexuelles, ça offre aux prédateurs une couche de protection parce que les victimes vont souvent se taire.

Si un prédateur sexuel choisit de se masturber devant sa victime au lieu de l'agresser physiquement, c'est seulement sa préférence personnelle, selon Chaffers. Cette dernière ainsi que Kramer expliquent que l'agression sexuelle n'est pas à propos du sexe, mais du contrôle. «Le raisonnement n'est pas différent de quelqu'un qui veut cambrioler quelqu'un à l'aide d'un fusil mais ne pas dépenser l'argent», note Chaffers. «C'est à propos d'avoir du pouvoir - du pouvoir sur quelqu'un.»

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l'anglais.

À voir aussi: