NOUVELLES

En Sicile, un petit commentaire sur la statue d'une sainte peut coûter cher

Après avoir critiqué la statue, un jeune homme s'est fait menacer et agresser.

10/11/2017 15:05 EST | Actualisé 10/11/2017 15:06 EST
Marzia Giacobbe via Getty Images

Dix jeunes, dont huit mineurs, sont poursuivis en Italie après une campagne de harcèlement sur les réseaux sociaux et l'agression d'un jeune sicilien coupable d'un commentaire désobligeant sur Facebook, a annoncé vendredi la police.

Lors des traditionnelles célébrations organisées en février à Catane autour de la fête de Sainte Agathe, la patronne de la ville, un jeune homme de 17 ans avait publié un commentaire "critique de la statue de la sainte et de ses dévots", a raconté la police dans un communiqué.

Très rapidement, ce jeune homme a été victime "de menaces graves et offensantes" sur plusieurs réseaux sociaux, tandis que des groupes sur WhatsApp appelaient à la violence contre lui, selon la police.

Il a ensuite été physiquement agressé par un groupe de jeunes de son âge qu'il ne connaissait pas.

Suite à une plainte déposée par la mère de la victime, la police a identifié les agresseurs, huit jeunes âgés de 14 à 17 ans, qui "ont reconnu les faits" ainsi que deux autres "à peine majeurs", accusés de "menaces et incitations à la violence".

La fête de Sainte Agathe, du 3 au 5 février chaque année, est la plus importante fête religieuse de Catane. Selon la tradition, cette jeune femme née dans une famille noble de Catane vers l'an 230, a été torturée à mort en 251 pour avoir refusé de renoncer à la foi chrétienne.