NOUVELLES

Le leader catalan promet de poursuivre la lutte et réclame l'aide de l'UE

Carles Puigdemont ne renoncera jamais à l'idéal de l'indépendance.

07/11/2017 16:42 EST | Actualisé 07/11/2017 16:44 EST
Pascal Rossignol / Reuters

Le président catalan déchu a promis, mardi, de poursuivre la lutte pour l'indépendance de la Catalogne face à l'Espagne et a appelé l'Union européenne à dénoncer l'emprisonnement de certains dirigeants catalans accusés de rébellion.

Carles Puigdemont a tenu ces propos lors d'un rassemblement en Belgique de quelque 200 maires de différentes villes de la Catalogne qui ont accueilli le leader déchu en scandant "Président! Président!" et "Liberté!".

Dans un discours prononcé principalement en français devant les maires réunis dans un musée de Bruxelles, M. Puigdemont a déclaré que les Catalans ne renonceraient jamais à l'idéal de l'indépendance et à la notion de démocratie.

Il a affirmé que les indépendantistes auraient le dessus sur "la répression" du gouvernement espagnol lors des élections du 21 décembre en Catalogne.

Entouré de quatre associés qui ont fui l'Espagne en même temps que lui, M. Puigdemont a mis au défi les autorités espagnoles et la communauté internationale d'accepter les résultats du scrutin s'il était remporté par les indépendantistes.

M. Puigdemont a trouvé refuge à Bruxelles lorsque Madrid a destitué le gouvernement et le Parlement catalans après la déclaration unilatérale d'indépendance ayant suivi le référendum. Le gouvernement espagnol affirme qu'il applique la loi, mais M. Puigdemont estime que ses alliés indépendantistes et lui sont persécutés.

Les dirigeants catalans sont passibles de 30 ans de prison s'ils sont reconnus coupables de rébellion, de sédition et de détournement de fonds en Espagne. Neuf leaders ont déjà été envoyés en prison.

Le président déchu a aussi demandé à l'Union européenne de faire entendre sa voix dans le conflit qui oppose Madrid et Barcelone.

"Est-ce l'Europe dont vous voulez, est-ce l'Europe que vous voulez construire, avec un gouvernement démocratiquement élu en prison?", a-t-il lancé.

​​​​​​​VOIR AUSSI: