NOUVELLES

La femme qui a fait un doigt d’honneur à Donald Trump a perdu son emploi

L’employeur de Juli Briskman n’a pas apprécié la photo virale où on la voit faisant un doigt d’honneur au président.

06/11/2017 14:24 EST | Actualisé 06/11/2017 14:25 EST

Vous avez sûrement vu, la semaine dernière, la photo de la femme à bicyclette pédalant à côté du cortège de Donald Trump et lui adressant un doigt d'honneur.

BRENDAN SMIALOWSKI VIA GETTY IMAGES

L'image, prise par un photographe de la Maison-Blanche voyageant avec le président alors qu'il quittait son terrain de golf à Sterling, en Virginie, est devenue virale. Les médias ont repris l'histoire quand elle est apparue dans un rapport de la Maison-Blanche. Les animateurs de talk-shows ont raconté des blagues à propos de cette scène et les personnes sur les réseaux sociaux ont commencé à appeler la femme non identifiée «she-ro» (une héroïne), en utilisant le hashtag #Her2020.

Le nom de la femme est Juli Briskman. Son employeur, qui travaille pour la compagnie gouvernementale Akima LLC, n'était pas content de la photo. Il l'a licenciée par la suite.

Dans une entrevue, samedi dernier, avec le HuffPost États-Unis, Briskman, une mère de deux enfants âgée de 50 ans, a dit qu'elle était stupéfaite que quelqu'un ait pris une photo d'elle faisant un doigt d'honneur à Trump.

Comme la photo a circulé en ligne, Briskman a décidé d'avertir le département des ressources humaines d'Akima de ce qui se passait. Le lendemain, ses patrons l'ont convoquée, et ont déclaré qu'elle avait violé la politique de l'entreprise concernant les médias sociaux en utilisant la photo comme photo de profil sur Twitter et Facebook.

«Ils ont dit: "Nous nous séparons de vous"», a déclaré Briskman. «Fondamentalement, vous ne pouvez pas poster des publications obscènes dans vos réseaux sociaux. Donc ils considéraient le doigt d'honneur comme une «chose obscène».

Briskman, qui a travaillé dans le marketing et les communications chez Akima pendant un peu plus de six mois, a expliqué aux cadres qu'elle n'était pas au travail lorsque l'incident est survenu et que ses publications postées sur les réseaux sociaux ne mentionnaient pas son employeur. Ils ont rétorqué qu'étant donné qu'Akima était une compagnie ayant des contrats avec le gouvernement, la photo pourrait nuire à l'entreprise, a-t-elle ajouté.

La Virginie est un état employment-at-will, ce qui signifie que les employeurs peuvent licencier à tout moment et pour n'importe quelle raison les employés. Mais Briskman a affirmé que ce qui était particulièrement exaspérant, c'est qu'un collègue masculin a gardé son travail après avoir récemment publié des commentaires obscènes sur sa page Facebook qui avait Akima LLC en photo de couverture. Elle a dit que ce collègue avait été réprimandé pour avoir appelé quelqu'un de « connard stupide» sur Facebook, mais avait été autorisé à supprimer sa publication et à garder son emploi.

«Comment cela est-il moins "obscène" que de faire un doigt d'honneur au président?», a-t-elle demandé. «Comment est-ce juste?»


Akima ne s'est pas exprimé sur cette situation.

JULI BRISKMAN

Lorsqu'on lui a demandé à quoi elle pensait quand elle a vu le cortège de Trump rouler à côté d'elle, Briskman a dit que c'était une réaction instinctive.

«Il passait et mon sang commençait à bouillir», a-t-elle déclaré. «Les bénéficiaires du DACA sont expulsés. Il a retiré des annonces pour l'inscription ouverte à Obamacare. Seul un tiers de Porto Rico a le pouvoir. Et pendant ce temps, il va à maintes reprises à son foutu de terrain de golf.»

«J'ai fait un doigt d'honneur au cortège à plusieurs reprises», a-t-elle ajouté.

Briskman, qui est démocrate, a déclaré qu'elle envisage de chercher un nouvel emploi avec un groupe de revendication en lequel elle croit, comme Planned Parenthood ou PETA.

Bien qu'elle se soit fait licencier, elle a souligné qu'elle ne regrettait pas son geste qui illustrait son mécontentement envers Trump. En fait, elle a affirmé qu'elle est heureuse d'être une image de protestation parmi tant d'autres aux États-Unis.

«À certains égards, je vais mieux que jamais», a-t-elle déclaré. «Je suis en colère contre la situation actuelle de notre pays. Je suis consternée. C'était une opportunité pour moi de dire quelque chose.»

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l'anglais.

VOIR AUSSI: