NOUVELLES

«Serrez les genoux», l'ex-juge Robin Camp veut revenir à la pratique du droit

L'ex-juge Robin Camp avait démissionné de la Cour fédérale en mars dernier lorsque le Conseil canadien de la magistrature a recommandé à la ministre de la Justice qu'il soit destitué.

03/11/2017 19:22 EDT | Actualisé 03/11/2017 19:22 EDT
THE CANADIAN PRESS

Le juge de l'Alberta qui avait reproché à une plaignante dans une affaire d'agression sexuelle de ne pas avoir tout simplement «serré les genoux» souhaite revenir à la pratique du droit.

L'ex-juge Robin Camp avait démissionné de la Cour fédérale en mars dernier lorsque le Conseil canadien de la magistrature a recommandé à la ministre de la Justice qu'il soit destitué. Le Conseil estimait que le comportement du juge Camp avait été «manifestement et profondément destructeur» pour l'impartialité et l'intégrité dont doit faire preuve un tribunal.

Selon les transcriptions du procès, à Calgary en 2014, le juge Camp, qui siégeait alors en Cour de l'Alberta, s'était adressé plusieurs fois à la plaignante en l'appelant «l'accusée». Il avait aussi soutenu en cour que «la douleur et le sexe allaient parfois de pair». Le magistrat avait de plus mis en doute la moralité de la plaignante, et laissé entendre qu'elle n'avait pas beaucoup résisté aux assauts de l'accusé.

Le juge Camp avait finalement acquitté l'accusé mais la Cour d'appel a ordonné un nouveau procès, au terme duquel l'accusé a été acquitté une fois de plus.

Robin Camp a depuis présenté ses excuses, et il a suivi une formation et une thérapie.

Lorsque les avocats sont nommés juges, ils sont automatiquement exclus du Barreau, pour des raisons d'impartialité. M. Camp demande maintenant au Barreau de l'Alberta de le réintégrer, et un avis sur le site internet de l'organisme indique qu'une audience est prévue pour le 14 novembre, à Calgary.

Le Barreau indique que la réintégration d'un ancien juge dépend des circonstances qui ont mené à son départ de la magistrature. En cas de doute sur la bonne conduite de l'ex-juge, le dossier peut être transmis à un comité du Barreau, indique-t-on.