NOUVELLES

Cette femme assure que novembre est le meilleur mois pour parler aux morts

Rencontre avec une femme qui dit être «sensitive».

03/11/2017 11:58 EDT | Actualisé 03/11/2017 12:04 EDT
Getty Images/iStockphoto

Dans le domaine du paranormal, le 11e mois de l'année, qui compte 30 jours, serait celui des morts.

«Les morts sont omniprésents dans nos vies. Il importe de les respecter et de les honorer», lance Monica Martinez, qui dit parler aux morts.

Selon les prétentions de cette dame d'origine espagnole, «novembre est le mois pour renouer avec ses proches disparus». «Nous pouvons communiquer avec les morts durant toute l'année, affirme-t-elle, mais en novembre, ils répondent plus rapidement. C'est leur fête et ils aiment se manifester». La dame âgée dans la cinquantaine assure aussi connaître la vie après la mort.

«Personnellement, j'ai traversé dans l'au-delà il y a une trentaine d'années. C'est tellement beau et paisible qu'on ne veut pas revenir. Bonheur n'est pas assez fort pour décrire le moment. Extase serait plus juste, mais encore là, il n'existe pas de mot assez fort pour exprimer toute cette joie et cette sensation de savoir qu'il n'y a pas de début ni de fin», se souvient-elle.

Monica Martinez serait une «sensitive». C'est-à-dire qu'elle prédit l'avenir et ce, depuis sa tendre enfance. «Je vois des images et reçoit des messages de guides. Ils ont la forme d'un homme, porte une tunique blanche, mais n'ont jamais été humain. Donc, ils n'ont pas d'émotion. Ils me font voir et entendre ce qu'ils ont décidé pour essayer de changer le destin d'une personne», explique-t-elle, ajoutant qu'elle voit souvent des enfants d'une autre époque lui apparaître. «Ils sont assis tranquillement dans les escaliers et regardent les habitants de la maison, sans plus.»

La quinquagénaire mentionne que les guides peuvent guérir une personne malade.

«C'est possible de changer des choses dans la vie d'une personne, mais il faut implorer et supplier les guides de notre désir. Il y a des guides spécialisés dans chaque domaine comme pour l'amour, la richesse et la santé. Je les ai vus travailler avec des équipements médicaux anciens et juste en passant devant ces équipements, la personne guérissait sans avoir besoin d'être touchée. C'est fascinant. C'est comme de la magie», raconte la dame.

Elle ajoute: «La mort n'existe pas. On passe dans une autre dimension. La ligne est très mince entre notre vie actuelle sur terre et là-bas.»

Elle croit que les morts auraient souvent accès à des informations secrètes. «Une personne vivante qui voit apparaître un mort doit l'écouter. Si le mort parle avec ses lèvres en faisant bouger sa bouche, on ne comprendra rien, mais s'il parle de l'intérieur, on entendra et saisira le message.»

L'enfer n'existe pas

«Il n'y a pas d'enfer», prétend Mme Martinez. «C'est plutôt un guichet devant lequel des gens attendent pour passer. Ils doivent avoir un moment de réflexion avant d'obtenir le feu vert. Ils sont comme dans un ascenseur et attendent qu'on ouvre la porte», illustre-t-elle.

La résidente de Montréal est consciente que plusieurs pourront dire qu'elle est «folle» ou «cinglée».

«Premièrement, nos défunts habitent notre mémoire qu'on le veuille ou non. Deuxièmement, les personnes sensitives n'ont aucun lien avec la religion. Il y a comme deux gouvernements: les guides et Dieu. Ils travaillent main dans la main pour le bonheur des gens. Les guides ne sont pas des anges ni des fantômes, ce sont des êtres suprêmes», explique de nouveau celle qui croit avoir reçu ce don de sa grand-mère paternelle et l'avoir transmis à ses enfants.

Pas facile non plus d'annoncer à une personne qu'elle va mourir ou qu'un membre de sa famille est sur le point de les quitter alors qu'elle est assise devant toi.Monica Martinez

«C'est héréditaire, poursuit-elle. J'avais six ans quand j'ai découvert ce don. Par la suite, j'ai étudié le phénomène dans le but d'approfondir mes connaissances pour aujourd'hui aider les gens qui souhaitent obtenir des réponses à leurs questions existentielles.»

Elle dit recevoir à sa table des personnalités québécoises, des comédiens très connus au Québec et même des criminels. «J'ai déjà dit à un homme vous avez commis un meurtre, et pas juste un mais plusieurs. Il a baissé la tête et a répondu par l'affirmative.»

Elle assure qu'il n'y a pas que des avantages à être sensitive. «De voir les morts quand tu es jeune, ça fait peur. Soyez certain que lorsque j'entre dans une maison, vieille ou récente, s'il y a un esprit, il vient se coller à moi. Si tous les guides sont gentils, ce n'est pas le cas avec les esprits car il y en a de très mauvais et dangereux. Je n'ai jamais la paix.»