POLITIQUE

Julie Payette s'attaque à l'horoscope et critique ceux qui remettent en question les changements climatiques

Le premier ministre Justin Trudeau a applaudi la force des convictions scientifiques de Mme Payette et a rappelé que les politiques de son gouvernement sont fondées sur la science.

02/11/2017 18:29 EDT | Actualisé 02/11/2017 18:29 EDT
Mathieu Belanger / Reuters

Le premier ministre Justin Trudeau s'est dit fier, jeudi, de la gouverneure générale Julie Payette, qui a prononcé un discours la veille dans lequel elle a ouvertement critiqué ceux qui remettent en question les changements climatiques et qui croient au créationnisme.

M. Trudeau a applaudi la force des convictions scientifiques de Mme Payette et a rappelé que les politiques de son gouvernement sont fondées sur la science.

Mme Payette a pris la parole, mercredi, devant quelques centaines de scientifiques et de chercheurs réunis à Ottawa dans le cadre du congrès annuel de la Conférence sur les politiques scientifiques canadiennes (CPSC).

Dans son discours, Mme Payette, une ancienne astronaute diplômée en génie informatique, s'est demandé comment il est possible que certaines personnes croient encore qu'une «intervention divine» soit à l'origine de la vie ou que la personnalité soit déterminée par l'astrologie.

La gouverneure générale a également martelé qu'il n'y avait plus aucun débat à y avoir sur l'existence des changements climatiques et sur la responsabilité de l'activité humaine dans ce phénomène.

Des commentaires ont immédiatement surgi sur les médias sociaux, certains s'interrogeant sur la pertinence pour une gouverneure générale de tenir de tels propos et mentionnant que ses paroles pouvaient être blessantes pour certains Canadiens.

Lutter contre la désinformation

Dans son allocution, Mme Payette a interpellé les convives pour leur demander de lutter contre la désinformation propagée par les médias sociaux et touchant une multitude de sujets allant de la santé à la médecine, en passant par les changements climatiques et l'horoscope.

«Pouvez-vous croire qu'encore aujourd'hui, dans une société du savoir, dans des parlements, malheureusement, nous discutions et nous questionnions encore le rôle qu'ont pu avoir les humains dans le réchauffement de la Terre, ou encore si la planète se réchauffe bel et bien», a-t-elle lancé sur un ton d'incrédulité.

«Et nous discutons et nous nous interrogeons encore pour savoir si la vie est attribuable à une intervention divine ou si elle a découlé d'un processus naturel mené seul et, oh mon Dieu, de manière aléatoire.»

Mme Payette a même suscité quelques rires dans l'auditoire lorsqu'elle a lancé que trop de personnes croient encore «que prendre une pilule de sucre peut guérir le cancer si on y croit vraiment et que notre avenir et la personnalité de tout un chacun peuvent être analysés en regardant les planètes surgir devant des constellations inventées».

La gouverneure générale a également demandé aux scientifiques réunis à Ottawa de contribuer à la diffusion des connaissances scientifiques pour qu'elles deviennent des sujets de conversation courants au même titre que la météo ou la dernière partie de hockey.

Le premier ministre Trudeau a déjà posé des gestes clairs afin de redonner à la science une place de choix au sein de son gouvernement. Il a notamment nommé un scientifique en chef plus tôt cet automne, et une révision de la politique scientifique du gouvernement est en cours.

VOIR AUSSI: