DIVERTISSEMENT

Alice Paquet n'entend pas à rire des blagues de Guy Nantel

Peut-on rire de tout et n'importe quoi?

01/11/2017 16:06 EDT | Actualisé 01/11/2017 19:33 EDT
Facebook

Alice Paquet, qui avait accusé le député Gerry Sklavounos de l'avoir agressée sexuellement en octobre 2016 - accusation dont ce dernier a été ultimement blanchi -, n'a pas apprécié que l'humoriste Guy Nantel fasse des blagues sur son histoire et la culture du viol au sens large.

La première du nouveau spectacle de Guy Nantel a eu lieu ce mardi 31 octobre, à la salle Albert-Rousseau, à Québec. Dans une longue lettre partagée sur Facebook, elle a tenu à dénoncer certains propos tenus par l'humoriste durant son spectacle :

«Profitant donc de toute sa liberté d'expression, il a décidé de faire un sketch sur les victimes d'agressions sexuelles, comme on ferait un sketch sur la pluie et le beau temps», exprime Alice Paquet d'entrée de jeu.

«Si Nantel ose faire des blagues sur ma situation, sur la nuit terrorisante que j'ai vécue en juillet 2015, et sur l'horreur que j'ai vécue après la dénonciation, il pourrait au moins nommer clairement ce qui a eu lieu ce soir-là, et avoir la décence de me nommer correctement: Alice Paquet.»

La jeune femme poursuit en citant quelques passages du spectacle Nos droits et libertés :

- Non mais lâchez-moi avec votre maudite culture du viol, hein!

- Ça fait quarante ans que la société matriarcale nous impose des comportements qui ne sont pas dans notre nature, comme être féminin, être attentif.

- Un moment donné, c'est rendu que ça prend le consentement de la fille à chaque étape de la relation. On s'entend que ça devient gossant d'aller baiser chez le notaire.

Alice Paquet encourage à «dénoncer vivement la misogynie éhontée de Nantel, dont les grands appels creux à la liberté d'expression pour justifier ses blagues sexistes ne convainquent personne et font encore moins rire».

À voir également :