NOUVELLES

Négos dans la construction: pas d'entente à l'échéance de la loi spéciale

«La partie patronale avait répété qu'elle irait jusqu'à l'arbitrage pour obtenir gain de cause» - Michel Trépanier

31/10/2017 06:55 EDT | Actualisé 31/10/2017 06:55 EDT
lovro77 via Getty Images

Le syndicat qui représente les travailleurs de la construction a annoncé peu après minuit, mardi, ne pas avoir été en mesure de conclure d'entente pour renouveler les conventions collectives dans les secteurs industriel et commercial-institutionnel.

La loi spéciale, qui avait mis fin à la grève de la construction, le 30 mai dernier, donnait à l'Alliance syndicale et aux associations patronales concernées jusqu'au 30 octobre pour conclure une entente de principe, en médiation. Or, la médiation s'est conclue à minuit sans qu'une entente n'ait pu avoir lieu.

Par communiqué, le porte-parole de l'Alliance syndicale, Michel Trépanier, a déclaré que «la partie patronale avait répété qu'elle irait jusqu'à l'arbitrage pour obtenir gain de cause».

Toutefois, l'Alliance syndicale avait déjà réussi à s'entendre avec l'Association des professionnels de la construction et de l'habitation (APCHQ) pour ce qui est de la construction résidentielle et avec l'Association des constructeurs de routes et grands travaux (ACRGTQ) pour ce qui est du génie civil et de la voirie.

Arbitre

La loi 142 prévoit qu'à défaut d'une entente, c'est un arbitre ou un conseil d'arbitrage qui devra déterminer les conditions de travail. Il appartiendra à la ministre du Travail, Dominique Vien, de déterminer les matières qui devront faire l'objet de l'arbitrage.

«Nous espérons maintenant que la ministre, Dominique Vien, ne donnera pas aux patrons ce qu'ils désirent depuis le début, c'est-à-dire un arbitrage sur le temps supplémentaire, les horaires de travail et la reprise des heures perdues pour intempéries», a conclu Michel Trépanier.

Pour sa part, l'Association de la construction du Québec (ACQ) a émis en fin de nuit un communiqué faisant part de sa vive déception face à l'échec du processus de médiation. Elle impute cet échec à la partie syndicale qui, écrit-elle, a refusé systématiquement de discuter des demandes patronales et a miné la négociation à propos de l'arbitrage.

L'Association soutient que ses demandes de flexibilité des travailleurs sont justifiées puisque les secteurs industriel et commercial-institutionnel sont très sensibles à la concurrence et aux coûts. Les employeurs sont mécontents que ces enjeux perdurent d'une négociation à l'autre car la non-mobilité de la main-d'œuvre, de même que la flexibilité des horaires et le niveau actuel de la rémunération des heures supplémentaires s'avèrent des entraves lourdes et coûteuses.

La loi spéciale donne des balises strictes à l'arbitre. Ainsi, il devra baser sa décision sur «la capacité de payer des donneurs d'ouvrage, les conditions de travail et l'évolution des taux de salaire de corps d'emploi comparables au Québec et ailleurs au Canada, le maintien du pouvoir d'achat des travailleurs de l'industrie de la construction, l'équilibre entre le besoin de flexibilité dans l'organisation du travail et les contraintes occasionnées par des horaires variables».

L'arbitre devra rendre sa sentence d'ici le 30 avril prochain. Et celle-ci sera en vigueur jusqu'au 30 avril 2021.

L'Alliance syndicale regroupe toutes les organisations syndicales de l'industrie, soit, par ordre d'importance: la FTQ-Construction, le Conseil provincial du Québec des métiers de la construction (International), le Syndicat québécois de la construction, la CSD-Construction et la CSN-Construction.

L'industrie de la construction dans son ensemble compte 175 000 travailleurs.