DIVERTISSEMENT

Les «Belles-Sœurs» de Michel Tremblay chanteront à nouveau en 2018

Le tout en version musicale

31/10/2017 13:46 EDT | Actualisé 31/10/2017 17:12 EDT
PHOTO VALÉRIE REMISE, LE THÉÂTRE D'AUJOURD'HUI
Photo de la troupe des Belles-Soeurs en 2010.

Les Belles-Sœurs de Michel Tremblay célébreront leurs 50 ans en 2018. Puisqu'on pouvait difficilement faire mieux, pour souligner les cinq décennies d'existence de ces dames «extraordinairement ordinaires», invétérées joueuses de bingo et commères émérites, que la pièce musicale créée par René-Richard Cyr et mise en musique par Daniel Bélanger – montée pour la première fois il y a sept ans-, celle-ci reprendra du service l'été prochain et jusqu'au début 2019, dans diverses villes du Québec.

À Montréal, le Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts les accueillera du 17 au 20 octobre 2018, et à Québec, elles se poseront au Théâtre Capitole, du 8 au 25 novembre 2018. Les Belles-Sœurs elles-mêmes auraient eu peine à y croire au moment de leur création, en 1968!

Maude Guérin (Germaine Lauzon), Sonia Vachon (Rose Ouimet) et Éveline Gélinas (Pierrette Guérin) sont les têtes d'affiche de cette nouvelle proposition.

«On va tout faire pour que ça soit aussi bon, sinon meilleur que la dernière fois que vous avez vu Belles-Sœurs», a promis René-Richard Cyr en conférence de presse, mardi matin.

Présenté pour la première fois en mars 2010 au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui, Belles-Sœurs, théâtre musical, un spectacle haut en couleurs et ô combien réjouissant – tous ceux qui l'ont vu vous le diront – avait été relancé en tournée en 2011 et a connu toutes sortes de déclinaisons depuis. Il a été joué à Paris en 2012, et une traduction anglaise, intitulée Sisters, triomphe présentement à Calgary après 100 soirs et des arrêts à Montréal, Ottawa et Charlottetown.

Chez nous, la 215e et ultime représentation a été donnée à la Maison symphonique, en compagnie de l'Orchestre symphonique de Montréal, en avril 2014. La défunte Janine Sutto était de la première mouture, en 2010. Un disque compilant les airs de Daniel Bélanger avait même été lancé.

Jeu d'actrices

L'histoire imaginée par Michel Tremblay et ses personnages sont intacts dans Belles-Sœurs, théâtre musical, mais rehaussés par la mise en scène vitaminée de René-Richard Cyr et les chansons accrocheuses de Daniel Bélanger. On vous met au défi de ne pas fredonner le jazzé refrain de J'ai-tu l'air de quelqu'un qui a déjà gagné que'que'chose au sortir de la salle!

C'est donc avec beaucoup de plaisir et de tendresse qu'on retrouvera la délurée Germaine Lauzon, hôtesse d'une soirée de collage de timbres, et ses acolytes à la langue bien pendue, dans ce portrait au féminin du Québec des années 60 en pleine mutation.

Peu de changements seront apportés à cette seconde version des Belles-Sœurs chantées, si ce n'est de quelques rafraichissements et d'un jeu de chaises musicales effectué chez les comédiennes, qui seront désormais 12 au lieu de 15.

C'est que René-Richard Cyr a transposé trois univers de Michel Tremblay sur les planches, dans les dernières années : en plus de Belles-Sœurs, il s'est attaqué à Sainte Carmen de la Main et Demain matin, Montréal m'attend. Ce dernier collectif est d'ailleurs toujours en activité. Et toutes les actrices-chanteuses de ses Belles-Sœurs de 2018 ont été de l'une ou l'autre de ces productions.

Ainsi, Maude Guérin fut, dans le passé, la «guidoune» Pierrette Guérin des Belles-Sœurs,

Sonia Vachon a déjà porté les habits de Rose Ouimet, et Éveline Gélinas a été Bec-de-Lièvre dans Sainte Carmen. Geneviève Alarie, qui interprétera Thérèse Dubuc, avait jadis endossé le rôle de doublure de trois comédiennes dans la précédente tournée de Belles-Sœurs, théâtre musical, et Hélène Major (Lisette de Courval) et Geneviève St-Louis (Marie-Ange Brouillette) sont, en ce moment, de la distribution de Sisters, à Calgary.

À elles se joignent Geneviève Alarie (Thérèse Dubuc), Édith Arvisais (Linda Lauzon), Frédérike Bédard (Olivine Dubuc), Sylvie Ferlatte (Angéline Sauvé), Kathleen Fortin (Desneiges Verrette), Michelle Labonté (Yvette Longpré) et Monique Richard (Rhéauna Bibeau).

«Toutes ces filles-là doivent chanter, et ce n'est pas leur premier métier. Ça crée une espèce d'électricité. Je suis ravi de les retrouver, toute la gang, dans différents rôles. Ça va amener une belle fébrilité», a précisé René-Richard Cyr, qui démarrera les répétitions de la troupe au printemps prochain.

Le décor de Belles-Sœurs, théâtre musical restera le même, et René-Richard Cyr et Daniel Bélanger travaillent actuellement sur une chanson supplémentaire qui sera greffée à la trame sonore. Quelques modifications intégrées dans la foulée de l'adaptation en anglais trouveront peut-être aussi leur chemin dans les divers tableaux mais, essentiellement, l'esprit de Belles-Sœurs, théâtre musical sera inchangé.

Un gros party

Cette fois, c'est Louis Morissette et sa compagnie KO Scène qui prennent les Belles-Sœurs sous leur aile pour les faire redécouvrir aux Québécois. Le mariage Belles-Sœurs – Louis Morissette vous semble étonnant? C'est pourtant lui qui a soulevé l'initiative de propulser la comédie musicale pour un nouveau tour de piste. Morissette avait applaudi la fresque du trio Tremblay-Cyr-Bélanger à ses débuts sur scène et, en lisant, il y a quelques mois, que le récit mythique de Michel Tremblay franchirait sous peu le cap des 50 ans, l'épiphanie l'a frappé.

«Le lendemain, j'étais au bureau, et j'ai dit à ma gang : «Ça va être les 50 ans des Belles-Sœurs, ils vont sûrement ramener le spectacle, ça va être écoeurant! Je ne sais pas qui va le faire, qui produit ça?» On a posé deux, trois questions, pour réaliser que ce n'était pas dans les plans. Alors, je me suis dit qu'il fallait le faire, qu'il fallait absolument ramener ce fantastique, grandiose spectacle pour les 50 ans des Belles-Sœurs», a raconté le producteur.

«Je trouvais que ça méritait qu'il y ait un gros party, et j'ai juste décidé d'organiser le party. C'était la meilleure façon, pour moi, d'être là et de le voir», a ajouté Louis Morissette, qui fait confiance à l'équipe construite par René-Richard Cyr, formée notamment de Chris Barillaro (directeur musical et vocal), Lou Arteau (assistance à la mise en scène et régie), Jean Bard (scénographie), Mérédith Caron (costumes), Martin Labrecque (éclairages), Francis Farley-Lemieux (accessoires) et Rachel Tremblay (perruques) pour faire de cette entreprise un succès.

Au moment de leur naissance, alors que Michel Tremblay était encore un jeune auteur inconnu, Les Belles-Sœurs avaient d'abord été lues au Théâtre d'Aujourd'hui, le 4 mars 1968. Le 28 août de la même année, le Théâtre du Rideau Vert s'emparait du futur classique pour en faire une première mise en scène. Depuis, ces Belles-Sœurs, leur joual, leurs grandes joies et petites misères font partie de notre patrimoine et nous représentent encore fièrement à l'étranger.

René-Richard Cyr, de son côté, aurait-il cru, en élaborant son «musical» des Belles-Sœurs pour la première fois, que son œuvre ferait tant de chemin?

«Le soir de la première, quand on a vu les gens se lever, et en répétitions, on savait que c'était bon. Mais que j'étais pour en reparler sept ans plus tard avec les journalistes, je n'y aurais pas pensé...»

Les billets pour Belles-Sœurs, théâtre musical seront en vente dès le 4 novembre, via le site. Sainte-Thérèse, Chicoutimi, Trois-Rivières, Gatineau, Montréal, Québec et Sherbrooke sont les villes prévues à l'itinéraire pour l'instant.