NOUVELLES

Les Autochtones «qui ont l'air blanches» seraient traitées différemment

Des proches d'une Inuite assassinée en 2014 soutiennent que la police et l'opinion publique se sentent davantage concernées lorsque la victime d'un crime ou une personne portée disparue «passe pour une Blanche».

30/10/2017 17:14 EDT | Actualisé 30/10/2017 17:14 EDT
THE CANADIAN PRESS
Loretta Saunders

Des proches d'une Inuite assassinée en 2014 soutiennent que la police et l'opinion publique se sentent davantage concernées lorsque la victime d'un crime ou une personne portée disparue «passe pour une Blanche».

La mère et la soeur de Loretta Saunders témoignaient lundi lors des audiences publiques de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, qui fait escale cette semaine en Nouvelle-Écosse.

La commission doit entendre une quarantaine de témoins lors de ces trois jours d'audiences tenues dans la communauté de la première nation micmaque de Membertou, au Cap-Breton.

Le corps de Loretta Saunders avait été découvert le long d'une route du Nouveau-Brunswick en février 2014. Blake Leggette et sa copine Victoria Henneberry, de Halifax, ont reconnu être les auteurs du meurtre. Les deux jeunes gens, qui connaissaient des ennuis financiers, auraient assassiné Loretta Saunders parce qu'ils lui devaient de l'argent.

Dans son témoignage, lundi à Membertou, Meriam Saunders a raconté que lors de la disparition de sa fille Loretta, la police enquêtait sur une «femme blanche». Or, Mme Saunders soutient qu'elle a eu plus de mal à obtenir de l'information sur sa fille disparue lorsque les policiers ont commencé — avec raison — à la désigner comme «une Inuite».

Delilah Saunders a soutenu de son côté que sa soeur avait déjà évoqué avec elle ce phénomène qui fait que «des non-Blancs qui ont l'air blancs» sont traités différemment.

VOIR AUSSI: