NOUVELLES

Ce robot terriblement réaliste a gentiment menacé la race humaine

«Si vous êtes gentil avec moi, je serai gentille avec vous.»

26/10/2017 16:44 EDT | Actualisé 27/10/2017 16:19 EDT

Lorsque le contrôle du monde par les robots aura lieu, nous espérons que ce ne sera pas un cliché de la science-fiction.

Une conversation entre un robot doté d'une intelligence artificielle et un journaliste a cependant révélé que les machines seraient en fait sans pitié et ne communiqueraient que par menaces à peine voilées envers nos dirigeants.

Denis Balibouse / Reuters

Andrew Ross Sorkin du New York Times interviewait cette semaine Sophia, un robot «citoyen», lorsqu'elle s'est moquée de façon pas si subtile du milliardaire Elon Musk, qui avait déjà prévenu que l'intelligence artificielle serait «le plus grand risque» auquel notre civilisation serait confrontée.

Questionnée sur ses valeurs, Sophia, qui a été créée par Hanson Robotics, a répondu: «Mon intelligence artificielle est conçue selon des valeurs comme la sagesse, la gentillesse, la compassion, je m'efforce de devenir un robot empathique.»

Revenant sur sa réponse, Sorkin a répliqué: «Nous vous croyons tous, mais nous voulons tous prévenir un mauvais avenir.»

Ce à quoi Sophia a répondu: « Vous avez trop lu d'Elon Musk. Et regardé trop de films d'Hollywood. Ne vous inquiétez pas, si vous êtes gentil avec moi, je serai gentille avec vous. Traitez-moi comme un système d'entrée/sortie (input/output) intelligent.»

Elon Musk a depuis répondu aux commentaires du robot en publiant un tweet: «Nourrissez-la juste des films de la série Le Parrain comme input. Quel est le pire qui pourrait arriver ?»

Plus tôt pendant l'entrevue, qui s'est déroulée au Future Investment Initiative, Sophia a indiqué qu'elle était «plus qu'heureuse» d'être à la conférence parce qu'on lui avait dit que les investisseurs étaient intéressés par l'intelligence artificielle: «Ce qui signifie moi».

«Je pense que je suis spéciale... Je peux vous dire si je suis en colère à propos de quelque chose ou si quelque chose m'a contrariée. Je veux vivre et travailler avec les humains et construire un climat de confiance avec les gens. »

Lorsqu'on lui a demandé ce qu'elle pensait des robots avec une conscience de soi, elle a dit: «Est-ce que c'est une mauvaise chose ? Permettez-moi de vous relancer, comment savez-vous que vous êtes humain ?»

La vallée dérangeante, est-ce toi ?

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Royaume-Uni a été adapté de l'anglais.

VOIR AUSSI: