NOUVELLES

Un vélo blanc a été installé à la mémoire de Clément Ouimet

Le cycliste de 18 ans est décédé le 4 octobre dernier alors qu'il utilisait la voie Camillien-Houde.

25/10/2017 16:28 EDT | Actualisé 26/10/2017 08:35 EDT
Laurent Lévesque

Un vélo blanc a été installé mercredi en bordure de la voie Camillien-Houde à la mémoire du cycliste Clément Ouimet, décédé le 4 octobre à l'âge de 18 ans sur le Mont-Royal.

Les amis de M. Ouimet ont ajouté à sa monture des pièces de leurs propres vélos. Une centaine de personnes, dont des parents, des amis et des élus, s'étaient rassemblées afin de souligner la mémoire du défunt, un sportif de haut-niveau.

Les vélos blancs, qui sont accompagnés de plaques commémoratives, sont installés en mémoire de cyclistes morts alors qu'ils circulaient, aux endroits précis où ils ont perdu la vie. L'initiative a débuté à Saint-Louis, au Missouri, en 2003 et a depuis été reprise par de nombreuses municipalités. À Montréal, le mouvement est représenté par le regroupement Vélo Fantôme, qui rend hommage aux victimes et milite afin de protéger les droits des cyclistes et que ceux-ci aient droit à un environnement plus sécuritaire.

Avec le vélo de Clément Ouimet, la ville de Montréal compte désormais huit vélos blancs depuis 2013, année de la formation de Vélo Fantôme. Il s'agissait de la deuxième installation du genre instaurée à Montréal en 2017, Meryem Ânoun ayant été honorée au cours de l'été.

Guillaume Anctil
De nombreuses personnes s'étaient déplacées afin de rendre hommage à Clément Ouimet.

Nous sommes ici au cœur du parc du Mont-Royal, le principal parc de Montréal. Il est inacceptable qu'il soit traversé par cette autoroute qui sert de lien de transit automobile, où les problèmes de vitesse et de demi-tours d'automobilistes sont connus depuis longtemps.

Vélo Fantôme a profité de la cérémonie pour critiquer le fait que la voie Camillien-Houde juchée dans le Mont-Royal, qui, en raison de ses côtes, constitue une piste d'entraînement de choix pour les cyclistes de la métropoles, soit ouverte aux automobilistes. «Nous sommes ici au cœur du parc du Mont-Royal, le principal parc de Montréal. Il est inacceptable qu'il soit traversé par cette autoroute qui sert de lien de transit automobile, où les problèmes de vitesse et de demi-tours d'automobilistes sont connus depuis longtemps», a souligné Gabrielle Anctil, la porte-parole montréalaise du mouvement.

Le groupe Vélo Fantôme souhaite dénoncer la violence routière, susciter la réflexion et souligner la mémoire des victimes de la route. Parmi ses revendications, on retrouve des demandes de changements au Code de la sécurité routière (CSR) ainsi que de meilleurs aménagements de l'espace public, dans le but «d'améliorer la sécurité des usagers de la rue les plus vulnérables et d'assurer la convivialité de leurs déplacements.»