NOUVELLES

Marc Bergevin n'a pas l'intention d'abandonner avec Alex Galchenyuk

Et la question des problèmes de consommation de drogue et d'alcool est revenue sur le tapis.

25/10/2017 15:25 EDT | Actualisé 25/10/2017 15:26 EDT
Francois Lacasse via Getty Images

Alex Galchenyuk demeure un cas mystérieux. Un mystère qui, semble-t-il, s'épaissit chaque jour qui passe au lieu de se dissiper. Mais une chose semble certaine: le Canadien de Montréal reste derrière lui et va tout faire pour qu'il réponde aux attentes fondées en lui.

Marc Bergevin s'est exprimé en ce sens lors de sa rencontre avec les journalistes mercredi midi au Centre Bell. Ce faisant, il a quand même admis ressentir une certaine frustration.

«C'est quoi les options?», a d'abord lancé Bergevin lorsqu'une journaliste lui a demandé si l'équipe était à court de ressources avec l'énigmatique et nébuleux attaquant.

«Claude (Julien) essaie beaucoup de choses. On ne va pas abandonner sur le 'kid'. On l'a vu, il a eu une saison de 30 buts. Il a fait de bonnes choses dans le passé. Jusqu'à sa blessure l'an dernier, il était à près d'un point par partie. Il s'est blessé à Los Angeles et depuis ce temps-là, c'est un petit gars qui se cherche. Il n'a pas 30 ans, il en a 23. On espère et on va continuer de travailler avec lui. Mais je ne m'en cacherai pas; parfois c'est frustrant.»

Après un difficile séjour sur la côte du Pacifique la semaine dernière, lors duquel il a été incapable de profiter du fait qu'il avait été muté au sein du premier trio auprès de Max Pacioretty et Jonathan Drouin, Galchenyuk a patiné, mardi soir, aux côtés de Michael McCarron et Nikita Scherbak, deux joueurs qui ont commencé la saison avec le Rocket de Laval après de piètres performances au camp d'entraînement.

Dans la victoire de 5-1 contre les Panthers de la Floride, il a terminé la soirée avec un but, son deuxième de la saison, lors d'une supériorité numérique. Ce but a créé l'égalité tard en deuxième période et s'est avéré le coup d'envoi d'une explosion de trois buts en 95 secondes qui a sorti les visiteurs du match.

«Vous voyez le talent, vous voyez ce qu'il est capable de faire et j'espère que ce qui s'est passé hier est le début de quelque chose (de bon)», a aussi déclaré Bergevin.

«Il a besoin de trouver les petites choses qui l'aident à marquer des buts. Pas de penser à marquer des buts, mais au processus qui va lui permettre de marquer des buts. Il doit se demander: 'Qu'est-ce que je dois faire?' Je l'ai déjà dit: parfois, vous pensez que vous travaillez, mais peut-être que vous ne travaillez pas aussi fort que vous en êtes capable. Le seul endroit où le succès passe avant le travail, c'est dans le dictionnaire. Vous devez travailler et le succès va suivre.»

Et comme si le mystère entourant Galchenyuk n'était déjà pas assez grand, voilà qu'il s'est retrouvé au centre de rumeurs, lundi soir, quand l'ex-hockeyeur Mario Tremblay a affirmé, lors d'une intervention à une station de radio montréalaise, que l'attaquant du Canadien avait eu recours au programme de la Ligue nationale de hockey pour venir en aide aux joueurs aux prises avec des problèmes de consommation de drogue et d'alcool.

Galchenyuk n'a pas rencontré les journalistes mercredi matin après l'entraînement de l'équipe au Centre Bell et après le match de mardi, il avait refusé de répondre à une question à ce sujet, selon ce qu'ont rapporté des médias montréalais.

Interrogé à son tour sur ce dossier, Bergevin a refusé de commenter insistant sur le fait qu'il s'agit d'un programme confidentiel, auquel les joueurs peuvent adhérer en composant un numéro de téléphone qui leur est fourni au début de la saison.

Le Canadien éprouve un problème de confiance, selon Bergevin

Les déboires du Canadien, qui connaissait son pire début de saison depuis la saison 1941-42 avant sa victoire de mardi contre les Panthers de la Floride, seraient attribuables à un problème de confiance, estime Bergevin.

Il a reconnu qu'il n'était pas "satisfait" du rendement de son équipe, qui pointe au 15e et dernier rang de l'Association Est avec une piètre fiche de 2-6-1. Le CH s'est retrouvé dans cette position précaire en raison, notamment, de son difficile voyage dans l'Ouest américain.

"Ça fait cinq ans que je suis ici, et nous n'avons jamais connu un bon voyage en Californie, a-t-il rappelé. Ceci étant dit, les gars sont 'shakés', ils manquent de confiance... Pour moi, la solution se trouve dans la chambre", a-t-il ajouté.

Comme il le répète depuis un bon bout de temps déjà, Bergevin a indiqué que si l'occasion se présentait d'améliorer sa formation par l'entremise d'une transaction, alors il le ferait. Mais, a-t-il précisé, "personne ne va me donner un joueur".

Le d.g. est également revenu sur sa fameuse déclaration du camp d'entraînement, alors qu'il avait dit que "la défensive est meilleure que celle de l'an dernier". Il a tenté de clarifier sa déclaration en rappelant que la défensive est un enjeu d'équipe.

"En ce moment, l'équipe joue sur les talons, et non sur les orteils. Mais dans l'ensemble, quand on joue bien, nous formons une bonne équipe en défensive", a-t-il évoqué.

Le Canadien accueillera les Kings de Los Angeles an Centre Bell, jeudi.