NOUVELLES

Cet étrange animal qui tourne sur les réseaux sociaux n'est pas un «fake»

De quoi alimenter vos cauchemars!

25/10/2017 06:11 EDT | Actualisé 25/10/2017 06:11 EDT

Mais quelle est cette créature à l'apparence physique bien particulière? C'est sans doute la question que vous vous êtes posée si vous avez vu cette vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux. Et ce n'est pas un fake comme certains ont pu le penser.

En réalité, il s'agit d'un insecte, plus précisément d'un papillon, portant le nom de "Creatonotos Gangis". Ce petit animal vit majoritairement en Asie du sud-est (Inde, Sri Lanka, Thaïlande) mais peut également être aperçu dans le nord de l'Australie. La bestiole présente sur la vidéo a d'ailleurs été observée en Indonésie. Certains la découvrent par l'intermédiaire de cette publication mais cette espèce n'a rien de nouvelle ni de mystérieuse, loin de là.

Inoffensif pour l'être humain

Elle a été découverte en 1763 par le biologiste suédois Carl von Linné et retranscrite dans son ouvrage taxinomique intitulé "Centuria Insectorum". Comme vous pouvez le voir ci-dessus, cet insecte porte plusieurs teintures selon la zone du corps. Ses ailes sont noire et beige et son abdomen est largement orange voire rouge avec de petites taches noires et jaunes.

Youtube

Mais la particularité de cette mite tient évidemment à ses quatre sortes de "tentacules" velus qui sortent de son abdomen. Scientifiquement, celles-ci sont des "coremeta" et ont une importance cruciale.

Ce papillon se nourrit de plantes qui produisent des alcaloïdes pyrrolizidiniques. Une alimentation ô combien importante pour son métabolisme puisqu'elle lui permet de sécréter, au-niveau de ses coremata, de "l'Hydroydanaidal", un phénomène chimique propre aux insectes.

Généralement dotés de ces branches poilues, les lépidoptères mâles les utilisent pour attirer d'éventuels partenaires grâce à la sécrétion évoquée juste au-dessus. Tout est donc parfaitement lié. D'une envergure de 4 cm, ce papillon de nuit s'avère inoffensif malgré son apparence atypique, il ne mord pas et ne pique pas non-plus.

Twitter

Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.