DIVERTISSEMENT

Achat de Juste pour rire : ComediHa! précise son intention

L’entreprise de Québec pourrait avoir les reins assez solides pour cette acquisition.

24/10/2017 06:21 EDT | Actualisé 24/10/2017 06:21 EDT
Facebook / Juste pour rire

L'entreprise ComédiHa!, de Québec, et son fondateur et propriétaire, Sylvain Parent-Bédard, constituent un prétendant sérieux à l'achat du groupe Juste pour rire.

ComédiHa!, un gros joueur de l'humour, qui est notamment derrière le ComediHa Fest-Québec - anciennement le Grand Rire -, festival-phare de la Vieille Capitale, soutient avoir les reins suffisamment solides, au Québec comme à l'international, pour acquérir Juste pour rire et en poursuivre la mission, rapportait La Presse+, lundi.

Alexandre Taillefer et son regroupement culturel MishMash, seraient aussi intéressés par les actifs de Juste pour rire, indiquait le journaliste Vincent Brousseau-Pouliot, de La Presse+.

ComédiHa! a précisé ses intentions sur sa page Facebook, en notant que les démarches présentement en cours sont confidentielles.

«Il est important d'agir pour soutenir l'industrie du rire au sein de laquelle nous oeuvrons depuis plus de 20 ans. Nous sommes convaincus de la pertinence de notre démarche qui doit absolument être menée en concertation avec les humoristes, l'industrie et les différents acteurs tels les partenaires privés et publics.

Il est essentiel que les actifs de Juste pour Rire demeurent au Québec. Dans cette optique, nous avons signifié à la direction du Groupe Juste pour rire notre intérêt d'en faire l'acquisition et à nous inscrire dans le processus lancé plus tôt aujourd'hui», peut-on lire sur la page Facebook de ComédiHa!.

Les humoristes font le point

Par ailleurs, plusieurs humoristes québécois se réunissaient au cabaret Le Bordel, lundi soir, pour faire le point et décider d'une orientation commune pour la suite des événements. Se dissocieront-ils en masse de Juste pour rire et de son festival, qui devrait en principe se tenir l'été prochain pour une 36e édition?

La rencontre a été initiée par Martin Petit, lequel a confié au Téléjournal de Céline Galipeau que la discussion avait été émouvante, et que les humoristes s'étaient sentis «trahis» par Gilbert Rozon.

«On ne trouvera peut-être pas la solution ce soir (...), mais c'est la plus belle discussion qu'on a eue depuis longtemps entre nous autres. Le désir est fort que les choses changent, et qu'on soit des acteurs complices du changement. On sent vraiment la force que les victimes nous ont donnée en témoignant», a détaillé Martin Petit à Radio-Canada.

Or, le malaise était semble-t-il palpable chez les participants au rendez-vous. Radio-Canada a même remarqué que certains humoristes passaient par la porte arrière du local, pour éviter d'avoir à affronter les journalistes.

Voir aussi: