NOUVELLES

400 CPE pourraient être en grève lundi

Les syndiquées ont l'intention d'observer une grève d'un jour.

24/10/2017 13:52 EDT | Actualisé 24/10/2017 13:52 EDT
Juanmonino via Getty Images

Une menace de grève plane sur 400 centres de la petite enfance (CPE) où oeuvrent des travailleuses syndiquées à la Confédération des syndicats nationaux (CSN).

Ces syndiquées ont l'intention d'observer une grève d'un jour, lundi prochain, à moins d'un développement positif à la table nationale de négociation, mardi et mercredi. Advenant l'échec des pourparlers, le comité national de négociation pourrait annoncer cinq autres journées de grève.

Le vice-président des secteurs privés à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), Dany Lacasse, déplore la lenteur des négociations, soulignant que la convention collective est échue depuis plus de deux ans.

M. Lacasse demeure confiant que «les discussions puissent aller bon train» au-delà de la fin du bloc de négociations prévue mercredi soir et qui permettrait d'éviter la grève de lundi.

La CSN a précisé qu'il y avait eu une trentaine de rencontres jusqu'ici, qui ont permis de régler la plupart des conditions de travail non pécuniaires. Cependant, les discussions se poursuivent sur des enjeux liés à la mission même des CPE.

De son côté, Louise Labrie, porte-parole du comité national de négociation des CPE à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), assure que le mandat de grève sera exercé à moins d'une entente satisfaisante. Elle affirme que tout reste à faire pour les conditions de travail dites pécuniaires. Elle ajoute que les travailleuses refusent les reculs demandés entre autres aux régimes d'assurance et de retraite, en plus de réclamer les mêmes hausses salariales que celles accordées au secteur public.

Selon la CSN, ses 11 000 membres qui travaillent en CPE lui ont octroyé un mandat de grève de six jours dans une proportion de 94 pour cent.