NOUVELLES

Un patron qui a harcelé sexuellement une employée est reconnu coupable

Le juge Marc Chisholm a louangé le courage de la jeune femme qui a dénoncé la situation.

23/10/2017 11:54 EDT | Actualisé 23/10/2017 11:55 EDT

Un tribunal de la Nouvelle-Écosse a infligé une peine de huit mois de détention à un homme reconnu coupable d'avoir harcelé sexuellement une jeune employée pendant plusieurs mois.

Le juge Marc Chisholm a louangé le courage de la jeune femme qui a dénoncé la situation, même si ses plaintes avaient précédemment été ignorées par d'autres dirigeants de la compagnie.

Le juge Chisholm a imposé une peine «conditionnelle» de huit mois de détention à l'homme de 51 ans. Ces conditions seront déterminées plus tard, mais impliquent habituellement une assignation à domicile.

L'identité de l'individu et de la jeune femme sont protégées par un interdit de publication.

Un incident capté par une caméra de surveillance montre le patron qui assoie sa victime sur ses genoux de force et glisse sa main sous sa jupe. Quelques jours plus tard, il lui a demandé un calin et en a profité pour lui caresser les seins.

Le juge a rappelé que l'homme commentait régulièrement l'apparence de la jeune femme et qu'il lui disait qu'il aimerait avoir des relations sexuelles avec elle. Lors d'un autre incident, il l'a chatouillée jusqu'à ce qu'elle tombe au sol. À au moins une reprise, il aurait détaché sa blouse pour voir ses seins.

«Chaque fois, a dit le juge Chisholm, (la victime) lui a dit non ou lui a demandé d'arrêter.»

Une autre jeune femme a raconté que le patron l'avait placée sur son épaule et qu'elle avait dû se débattre pendant qu'il glissait sa main sous sa jupe. Les deux femmes ont dénoncé la situation à un autre dirigeant, qui n'a rien fait.

L'accusé s'est excusé, a dit n'avoir jamais voulu blesser qui que ce soit et a évoqué des «blagues» qui seraient allées trop loin. Le juge Chisholm a balayé ses explications du revers de la main.

L'homme est un résident permanent du Canada et pourrait maintenant être déporté.