DIVERTISSEMENT

38 femmes accusent le réalisateur James Toback d'inconduite sexuelle

Le comportement de prédateur de Toback était connu à Hollywood depuis des années.

22/10/2017 17:34 EDT | Actualisé 22/10/2017 17:34 EDT
Franco Origlia via Getty Images

Dans un nouveau rapport du Los Angeles Times, 38 femmes accusent le réalisateur James Toback d'inconduite sexuelle. Les allégations contre Toback ressemblent à celles portées contre le producteur Harvey Weinstein, qui a été renvoyé de sa propre compagnie plus tôt ce mois-ci après que des dizaines de femmes l'aient accusé d'agressions sexuelles, de harcèlement sexuel ou de viol. Toback, 72 ans, est accusé d'avoir agressé des femmes qu'il employait et qu'il approchait dans la rue.

Cela fait longtemps qu'on dit que Toback est un prédateur sexuel. En 1989, Spy Magazine a rapporté qu'il aurait approché des femmes, se serait vanté d'être un réalisateur hollywoodien, et leur aurait demandé si elles considéreraient un rôle dans un de ces futurs films, leur demandant de le rencontrer à des heures tardives. Gawkers a répété ces affirmations en 2008, en 2010 et en 2012. Maintenant, des jours après que le mot-clic #moiaussi eût encouragé les survivants d'agression sexuelle à en parler dans les médias sociaux, plus de trois douzaines de femmes ont dit au Los Angeles Times que Toback a éjaculé devant elles, a sondé leurs habitudes de masturbation, a demandé qu'elles se déshabillent ou a frotté son entrejambe contre leurs corps. Ces incidents se seraient déroulés dans des chambres d'hôtel, des plateaux de tournage et dans des bureaux.

Toback était un nom connu dans les cercles hollywoodiens, quoiqu'il n'eut jamais réussi à avoir une popularité répandue. En 1991, il a reçu une nomination aux Oscar pour le scénario du film de gangsters Bugsy. Plusieurs de ses films, incluant Fingers, The Pick-Up Artist, Two Girls and a Guy, et Harvard Man, tournent autour de coureurs de jupons, de la mafia, ou des deux. «L'idée est de ne pas avoir de séparation entre ma vie et les films», avait révélé Toback dans une entrevue de 2002 avec Salon.

Le HuffPost a contacté l'agent de Toback, Jeff Berg, pour obtenir des commentaires aujourd'hui. «Vaut mieux lui parler directement», a dit Berg dans un courriel, fournissant le numéro de cellulaire de Toback. Lorsqu'il a été rejoint, Toback a répondu «qu'il écrivait quelque chose» et qu'il ne voulait pas commenter davantage.

La chanteuse et guitariste Louise Post du groupe Veruca Salt fait partie des personnes qui l'ont accusé. «Il m'a dit qu'il ne voulait rien de plus que de se masturber en me regardant dans mes yeux», dit-elle.

Alors qu'elle pratiquait un monologue pour Harvard Man en 2001, l'actrice Chantal Cousineau a entendu Toback se masturber. Une autre femme, que le Times a identifiée comme «une actrice très connue», a dit que Toback a ignoré ses protestations et n'a pas voulu qu'elle parte de sa chambre d'hôtel jusqu'à tant qu'elle eût pincé ses mamelons et qu'elle eût regardé dans ses yeux pendant qu'il éjaculait dans ses pantalons.

L'actrice Melissa Sagemiller, qui a avoué au HuffPost que Weinstein lui avait fait des insinuations et l'avait agressée à trois différentes occasions, s'est fait demander si elle avait interagi avec d'autres hommes prédateurs dans l'industrie. Elle a répondu : «Eh bien, mon premier film en était un de James Toback, et il a été rejeté d'Hollywood pour activité indécente, donc ce n'est pas une surprise.»

Toback n'a pas été complètement rejeté, malgré plusieurs rapports à propos de son comportement. En 2008, il a réalisé un documentaire sympathique à propos du boxeur Mike Tyson. En 2013, Toback et son ami Alec Baldwin ont réalisé Seduced and Abandoned, un documentaire portant sur la quête de financement pour une nouvelle version du film érotique classique Last Tango in Paris. Un représentant de Baldwin a refusé de commenter.

La première du plus récent film du réalisateur, The Private Life of a Modern Woman, mettant en vedette Sienna Miller et Baldwin, a eu lieu lors de la dernière édition du Festival de films de Venise.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l'anglais.

VOIR AUSSI: