POLITIQUE

Légalisation du pot: le seul conservateur en faveur laisse ses électeurs décider

Le député ontarien précise qu'il appuie la légalisation de la substance depuis des années, mais qu'il entretient certaines préoccupations par rapport à l'âge légal minimal pour l'achat de cannabis.

20/10/2017 14:47 EDT | Actualisé 20/10/2017 14:47 EDT
Alamy

Le seul député conservateur à avoir appuyé le projet de loi sur la légalisation du cannabis place son vote final entre les mains de ses commettants.

L'élu en question, Scott Reid, a annoncé vendredi qu'il avait commencé à envoyer aux électeurs de sa circonscription des bulletins de vote référendaires qui guideront son vote en troisième lecture.

Le député ontarien précise qu'il appuie la légalisation de la substance depuis des années, mais qu'il entretient certaines préoccupations par rapport à l'âge légal minimal pour l'achat de cannabis.

Il croit que cet âge devrait être fixé à 21 ans, ce qui permettrait selon lui de protéger les jeunes dont le cerveau se développe toujours en deçà de cet âge, en plus de prévenir le «tourisme du pot».

Le projet de loi C-45 établit l'âge minimal national à 18 ans, mais le fédéral laisse aux provinces et aux territoires la latitude de revoir l'âge à la hausse.

Les provinces qui ont jusqu'à présent fait leur lit sur cette question comptent l'arrimer à l'âge légal pour l'achat d'alcool (18 ans pour le Québec et l'Alberta et 19 ans du côté de l'Ontario).

Le député Reid désapprouve également l'idée de confier à des sociétés d'État la vente de marijuana récréative, comme le préconise l'Ontario, le Québec et le Nouveau-Brunswick.

L'élu ontarien avait été le seul conservateur à l'appuyer lors du vote en deuxième lecture, en juin dernier. Plusieurs de ses collègues sont farouchement opposés à la légalisation du cannabis.

Le projet de loi C-45, qui a été amendé par le comité parlementaire qui l'étudiait, doit revenir en Chambre prochainement.

Le gouvernement de Justin Trudeau s'est fixé comme objectif de légaliser le cannabis à usage récréatif d'ici le 1er juillet 2018.

Voir aussi: