POLITIQUE

Des Montréalais inquiets de prendre l'autobus cet hiver

La loi sur la neutralité religieuse suscite bien des questions.

20/10/2017 12:47 EDT | Actualisé 20/10/2017 12:55 EDT

Depuis l'adoption de la loi 62 sur la neutralité religieuse, des internautes partagent des égoportraits en habit d'hiver sur les réseaux sociaux et demandent au gouvernement du Québec s'ils pourront prendre l'autobus lorsqu'il fera -30 degrés Celsius dehors.

La nouvelle loi, adoptée mercredi à l'Assemblée nationale, prévoit que les services publics devront être donnés et reçus à visage découvert. Cette directive devra également être suivie par les municipalités, même dans les transports en commun.

Même les personnes qui portent des cagoules et des verres fumés devront se découvrir le visage pendant « la durée de la prestation du service », a indiqué la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, plus tôt cette semaine.

Nul besoin de dire que les gens sont inquiets.

« Est-ce que les femmes n'ont tout simplement plus le droit de sortir en plein hiver au Québec? »

La loi 62 est la cible de critiques parce qu'elle cible spécifiquement les femmes qui portent le niqab ou la burqa, des voiles islamiques qui couvrent une portion ou la totalité du visage.

« Hiver froid au Québec, visage couvert. Alors je ne suis pas autorisée à prendre l'autobus? Ou, parce que je suis blanche et blonde, j'aurai le droit? »

Manifestants masqués pour la cause

Même si les sociétés de transport ont indiqué au Devoir que c'était le « statu quo » tant qu'elles n'auront pas reçu de consignes formelles de leur employeur, une manifestation a déjà eu lieu à Montréal pour protester contre la loi 62.

Quelques dizaines de manifestants ont manifesté le long d'une ligne d'autobus sur l'avenue du Parc, à l'heure de pointe vendredi matin, en portant des foulards et des masques chirurgicaux, selon CBC News.

Certains manifestants étaient plus originaux que d'autres.

Le maire de Montréal Denis Coderre s'est déjà prononcé contre la loi 62, qu'il considère inapplicable. Cette semaine, il s'est demandé s'il allait y avoir une « police du niqab » dans les hôpitaux, les autobus et les bibliothèques.

Sa rivale, la chef de Projet Montréal Valérie Plante, est elle aussi contre la nouvelle législation – résultat du « travail bâclé » du gouvernement Couillard à son avis.

Hijab, burqa, niqab ou tchador?