DIVERTISSEMENT

Éric Salvail se retire pour une période indéterminée

«Au revoir», dit Éric Salvail.

19/10/2017 14:32 EDT | Actualisé 19/10/2017 15:06 EDT

Éric Salvail n'a pas pris de temps à fixer sa décision quant à son avenir professionnel : visé par des allégations d'inconduites sexuelles depuis mercredi matin, l'animateur et producteur a annoncé sur sa page Facebook, jeudi après-midi, qu'il suspend sa carrière pour une période indéterminée.

Mercredi, sur le coup de l'émotion, le pilier de l'entreprise Salvail & Co avait publié un court message, dans lequel il se disait très ébranlé et affirmait son intention de prendre une pause de quelques jours.

Or, aujourd'hui, l'homme est plus drastique. Dans un long texte, il reconnaît combien ses agissements ont pu causer du tort à autrui. Apparemment résolu à travailler sur lui-même, l'hyperactif artiste a conclu sa missive sur un «au revoir» sans équivoque.

«Pour des semaines... des mois... je ne le sais pas encore... je suspends ma carrière pour, d'abord, me concentrer à sécuriser les emplois de toutes ces personnes et ensuite m'investir avec sincérité dans une démarche rigoureuse.

Ma vie a toujours été ma carrière. Ma carrière a toujours été ma vie. Ce n'est plus le cas. Je n'en suis pas victime. J'en suis la cause.

Au revoir», dit Éric Salvail.

Dans les lignes précédentes, il s'évertue à expliquer qu'il est conscient de la gravité de la situation. «J'ai lu et relu les reportages publiés et le choc a été sans appel avec une perspective extérieure, comme si je lisais sur des personnes que je ne connaissais pas : les comportements rapportés étaient inappropriés et irrespectueux. Pas de place à la nuance ni au contexte. Or, c'était de moi qu'il était question.

Le constat est brutal : pendant de nombreuses années, dans de nombreuses situations et auprès de plusieurs personnes – bien au-delà de celles qui sont sorties publiquement – mes agissement ont causé du tort.»

Il s'attarde ensuite à son entourage professionnel, les membres de son équipe, qu'il souhaite sécuriser. Voilà pourquoi il se retire pour une période indéterminée de son entreprise et de la vie publique, en déléguant le pouvoir à ses troupes. Il fait même état d'une «politique robuste» qui sera mise en place pour assurer un climat de travail sain dans sa boite.

«D'autre part, les émissions que ma boite produit sont portées par une quarantaine de professionnels et des centaines d'artistes, artisans et techniciens qui n'ont rien fait pour que leur emploi soit aujourd'hui en danger. La vaste majorité de ces productions n'ont rien à voir avec moi.

Je me retire donc des activités de Salvail & Co, en déléguant toutes les responsabilités et pouvoirs à mon équipe en qui j'ai pleinement confiance. Sur le plan strictement humain, je souhaite de tout cœur qu'elle puisse continuer à travailler et qu'elle n'ait pas à payer le prix de mes comportements.

À ce stade-ci, je suis d'avis que tout ce que je fais ne doit pas être du ressort du changement superficiel parce que les gens ne sont pas dupes. La situation requiert que j'agisse sur le fond mais que je tente néanmoins de sécuriser les emplois de ceux qui n'y sont pour rien...

Dans le cadre de mon retrait de la gestion de la compagnie, une chose additionnelle a été convenue : mettre en place une politique robuste pour assurer que toutes les activités de Salvail & Co soient exemptes de tout comportement qui serait déplacé», poursuit Éric Salvail.

Éric Salvail a-t-il trouvé une stratégie pour blanchir le plus rapidement possible son image aux yeux du public et ainsi pouvoir revenir plus fort par la suite? Chose certaine, l'idée de prendre du recul est probablement la plus sage qu'il pouvait préconiser.

Sous ses écrits, plusieurs personnes lui témoignent également beaucoup de support, certaines allant même jusqu'à qualifier de «langues sales» les gens qui lui reprochent ses comportements. D'autres expriment de la tristesse ou saluent son humilité. 30 minutes après la mise en ligne de sa mise au point, près de 970 contacts y avaient réagi, et plus de 280 commentaires y défilaient.

Voici l'entièreté des propos «d'adieux» d'Éric Salvail.