POLITIQUE

Un rapport américain susceptible d'aider le Canada dans la renégociation de l'ALÉNA

Un responsable canadien a confié que le rapport renforce tous les efforts déployés par le Canada pour convaincre le Congrès américain des bienfaits de l'ALÉNA et des échanges commerciaux libres entre les deux pays.

18/10/2017 10:48 EDT | Actualisé 18/10/2017 10:48 EDT
EMPICS Entertainment

Le gouvernement Trudeau se réjouit de la publication, par le Congrès des États-Unis, d'un rapport qui jette un doute sur une des principales préoccupations du président Donald Trump dans le cadre de la renégociation de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA), a appris La Presse canadienne.

Le document rédigé par le Congressional Research Service prévient qu'il n'existe pas de moyen facile pour M. Trump de réduire le déficit commercial de son pays face au Mexique, ce qui compte parmi ses priorités lors de la refonte d'une entente qu'il a fréquemment menacé de tout simplement déchirer.

Un responsable canadien a confié, sous le couvert de l'anonymat, que le rapport renforce tous les efforts déployés par le Canada pour convaincre le Congrès américain des bienfaits de l'ALÉNA et des échanges commerciaux libres entre les deux pays.

Ce document, ajoute le responsable, rappellera que plusieurs dirigeants américains croient à une modernisation et à une amélioration de la relation commerciale entre le Canada et les États-Unis, et que le Congrès aura un mot important à dire quant à l'avenir de l'entente.

Le Canada maintient ne pas avoir de déficit commercial avec les États-Unis, et la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland le répète souvent pour illustrer son argument selon lequel cela n'est pas une mesure adéquate du succès ou de l'échec de l'ALÉNA.

Le document américain suggère plutôt d'utiliser l'ALÉNA pour renforcer l'économie mexicaine, ce qui stimulerait ensuite les importations de biens américains. La balance commerciale, ajoute-t-il, est une «mesure incomplète» de la relation commerciale entre deux pays.

«On ne comprend pas comment l'administration (américaine) s'attend à réduire le déficit commercial par le biais de la renégociation», peut-on lire dans le rapport.