POLITIQUE

Un ex du média controversé The Rebel reprend du service avec Scheer pour 2019

Le chef Andrew Scheer avait pris ses distances de son ancien collaborateur en août dernier, dans la foulée de la couverture assurée par The Rebel des manifestations de Charlottesville, en Virginie.

18/10/2017 13:09 EDT | Actualisé 18/10/2017 15:51 EDT
Bloomberg via Getty Images
Le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer.

Un stratège politique qui était associé au controversé média de droite The Rebel reprend du service auprès du chef conservateur Andrew Scheer en vue de l'élection fédérale de 2019.

Le porte-parole du Parti conservateur, Cory Hann, s'est réjoui du retour de Hamish Marshall, qui possède selon lui "les talents et l'expérience pour diriger notre prochaine campagne nationale".

Le stratège formé à Oxford, qui entre en fonction dès maintenant, faisait partie de l'équipe de campagne d'Andrew Scheer à la chefferie.

Il a prouvé par sa contribution à la victoire "qu'il comprend une des clés pour remporter une élection difficile", soit de présenter une "vision conservatrice positive", a écrit M. Hann.

Et Hamish Marshall a par ailleurs "démontré qu'il triomphe dans des campagnes présentant des défis aux candidats qui ne sont pas forcément favorisés", a-t-il précisé.

Le chef Andrew Scheer avait pris ses distances de son ancien collaborateur en août dernier, dans la foulée de la couverture assurée par The Rebel des manifestations de Charlottesville, en Virginie,

Certains y avaient décelé une lecture des événements sympathique aux nationalistes blancs qui avaient organisé la manifestation pour protéger la statue du général sudiste Robert E. Lee.

Sous pression, après avoir hésité pendant des jours, le chef Scheer avait fini par annoncer qu'il n'accorderait plus d'entrevue au média tant que celui-ci maintiendrait sa ligne éditoriale.

"Il n'est pas impliqué dans The Rebel", a indiqué Cory Hann au sujet de Hamish Marshall, mercredi.

Le stratège politique, qui collabore depuis plusieurs années avec le Parti conservateur, n'a pas donné suite à la demande d'entrevue de La Presse canadienne.

Lundi, Andrew Scheer avait abruptement quitté un point de presse quand il a été questionné sur l'utilisation, par Hamish Marshall, de locaux de The Rebel pendant sa campagne à la chefferie.

Le chef de l'opposition ne s'est pas rendu disponible pour répondre aux questions, mercredi.

La ministre de l'Environnement, Catherine McKenna, a été abasourdie d'apprendre l'embauche de l'ancien membre de la direction de Rebel Media.

C'est ce média qui l'a affublée pendant des mois du surnom "Barbie du climat" _ qualificatif repris il y a un mois sur Twitter par un membre de la députation conservatrice, Gerry Ritz.

Après avoir refusé de condamner ces propos en Chambre, le dirigeant conservateur avait directement contacté la ministre McKenna pour présenter ses excuses.

"Je suis vraiment déçue, parce qu'Andrew Scheer m'avait promis qu'il allait changer les choses", a-t-elle laissé tomber en entrevue avec La Presse canadienne.

"J'ai accepté les excuses, mais pour moi (ce qui compte) c'est les actions", a ajouté l'élue d'Ottawa, qualifiant The Rebel de média "alt-right".

Et selon elle, le retour de Hamish Marshall laisse présager que le ton négatif qu'ont adopté les conservateurs lors de la dernière campagne électorale sera lui aussi de retour.

"On a vu lors de la dernière élection beaucoup de choses que les Canadiens ne voulaient pas voir, et maintenant, c'est quelqu'un de Rebel Media qui va faire partie de la campagne?"

"Alors je suis déçue", a conclu Catherine McKenna.

De son côté, le député conservateur Gérard Deltell n'a eu que de bons mots pour le directeur de la campagne nationale de son parti.

"J'apprends à travailler avec lui, et il travaille rudement bien, a-t-il dit en entrevue. Il a une méchante bonne tête politique ce gaillard-là, et je pense qu'on va avoir beaucoup de plaisir."