POLITIQUE

Tweets insultants: Valérie Plante défend ses employés

Plusieurs employés de Projet Montréal, dont M. Viau, comparent fréquemment les candidats de M. Coderre à des «plantes vertes», ou encore à des moutons.

18/10/2017 18:22 EDT | Actualisé 19/10/2017 09:20 EDT
Olivier Robichaud

Valérie Plante a défendu les commentaires insultants de certains employés de Projet Montréal mercredi. Ceux-ci ont soulevé la colère d'Équipe Denis Coderre, qui a demandé des excuses.

Mardi, nous rapportions que le candidat à la mairie de Rosemont-La Petite-Patrie, Marc-André Gadoury, a réclamé des excuses après que l'attaché de presse de Valérie Plante ait lancé «prends ton trou» à Scott McKay. M. McKay, ex-député et ex-chef du Parti vert, se présente comme conseiller municipal sous la bannière d'Équipe Denis Coderre.

«Ça aurait pu être dit autrement, mais en même temps l'expression utilisée est une expression consacrée. "Prendre son trou", on s'entend, c'est une façon de dire "prendre son mal en patience". Dans le contexte du fil de conversation, je pense qu'il faut relativiser.»

Rappelons que l'échange se déroule dans le contexte du passage de Mme Plante et M. Coderre à l'émission Tout le monde en parle, le 15 octobre. Répondant à une citation diffusée avant l'émission, M. Scott a dit qu'il était «significatif qu'elle ressente le besoin de spécifier» que c'est elle qui se présente à la mairie et non Luc Ferrandez. Ce qui a attiré la réponse de M. Viau.

Plusieurs employés de Projet Montréal, dont M. Viau, comparent fréquemment les candidats de M. Coderre à des «plantes vertes», ou encore à des moutons.

Mardi, l'ancien vice-président du parti et maintenant conseiller de Valérie Plante, Jimmy Zoubris, a réagi à la sortie de M. Gadoury en le traitant de «mauviette» («wimp» en anglais).

Questionnée à savoir s'elle avait émis des directives concernant l'utilisation des réseaux sociaux par les employés de Projet Montréal, Mme Plante a dit ne pas être au courant des cas autres que celui de M. Viau.

M. Coderre a réagi à la position de sa rivale mercredi.

«Si elle est d'accord avec ce genre de façon de faire... Nous on n'est pas comme ça, on travaille positivement et l'on travaille pour les Montréalais», affirme-t-il.

VOIR AUSSI: