POLITIQUE

Gabriel Nadeau-Dubois défend son courriel de financement

« Qu’on ne nous enlève pas le droit de ricaner un peu. »

18/10/2017 14:08 EDT | Actualisé 18/10/2017 14:08 EDT
LA PRESSE CANADIENNE

QUÉBEC – Le porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, s'est défendu de reprendre les tactiques des « vieux » partis politiques, en cassant du sucre sur le dos d'un chroniqueur pour récolter des dons.

Le HuffPost Québec révélait mardi qu'un courriel de financement avait circulé en réponse au plus récent billet de blogue de Michel Hébert, sur le site du Journal de Québec. Plusieurs milliers de dollars auraient été récoltés en dons depuis, selon nos informations.

Selon M. Nadeau-Dubois, ce billet est un « exemple flagrant de mépris » à l'endroit de son parti. « Il a totalement le droit de le faire, précise le député de Gouin. Nous, on a le droit, après ça, de le prendre un peu avec le sourire, d'envoyer ça à nos militants et militantes. »

« Qu'on ne nous enlève pas le droit de ricaner un peu et d'envoyer (un courriel) à nos militants et militantes, a-t-il poursuivi. Ça fait partie de la dynamique entre des chroniqueurs qui, comme M. Hébert, s'en prennent avec virulence à nous, et les moyens qu'on a comme petit parti de répliquer. »

Dans sa tribune publiée dimanche, M. Hébert critique le chef d'Option nationale, Sol Zanetti, « avec un prénom de clown et un parti réduit en farine, ne pouvant finir autrement qu'en Doritos au 5 à 7 du politburo de Québec Syndicalidaire ».

Le chroniqueur ne manque pas non plus d'écorcher les deux porte-paroles de QS, « le P'tit Simard du politburo » et sa complice « Ti-Mousse », et traite leur parti de « version politique du tofu ».

M. Nadeau-Dubois a qualifié le billet d'« œuvre d'art d'exagération ». « Quand on dit trois ou quatre fois dans l'article que Québec solidaire est communiste, à un moment donné, c'est un petit peu caricatural. C'est du salissage. »

N'empêche, il admet que ce texte a bien servi son parti. « Franchement, je renverrais un courriel comme ça demain matin », a conclu le porte-parole.