DIVERTISSEMENT

Magalie Lépine-Blondeau raconte son après-«District 31» à Éric Salvail

«J’avoue que j’avais hâte que la vérité éclate»

17/10/2017 05:47 EDT | Actualisé 17/10/2017 09:56 EDT

Éric Salvail avait annoncé le passage d'une invitée mystère à son émission En mode Salvail, à V, lundi soir.

Une fois l'épisode de District 31 terminé, à Radio-Canada, l'identité de la personne secrète a été dévoilée sur les réseaux sociaux : il s'agissait de Magalie Lépine-Blondeau, qui allait ainsi accorder sa première entrevue depuis la mort de son personnage de Nadine Legrand, survenue dans l'épisode de jeudi dernier, mais officialisée quelques heures plus tôt.

«Après tout ce qu'elle a fait pour le 31, j'espère qu'elle va avoir droit à des funérailles nationales... », a blagué Éric Salvail en parlant de Nadine/Magalie, en ouverture de son talk-show, qui était diffusé en direct lundi.

Atteinte d'une inflammation de la cornée, la comédienne portait des lunettes de soleil en raison de son infection, et non parce qu'elle était en deuil de sa Nadine, a-t-elle précisé, avec le sourire. Elle s'est d'ailleurs beaucoup amusée à taquiner Éric Salvail sur son caractère hypocondriaque, pendant que ce dernier se badigeonnait allègrement les mains de Purell.

Revenant à District 31, Salvail a demandé à Magalie Lépine-Blondeau quelle avait été sa stratégie pour éviter de dévoiler le punch ce week-end, à tous ceux et celles qui se demandaient si Nadine avait bel et bien rendu l'âme dans son accident de moto.

«Je vous avoue qu'il y a eu beaucoup de secrets dans ma vie dans les six derniers mois. Au moment où on a annoncé mon retour, moi, j'avais déjà fini de tourner», a confié l'actrice en ricanant.

«Mais j'avoue que j'avais hâte que la vérité éclate...», a-t-elle ajouté.

Dans le jus «de rien»

L'artiste a révélé qu'elle n'a pas regardé District 31sur le coup de 19h lundi, avec le reste de la province. Après que Salvail eut présenté la scène de l'assaut contre Nadine, elle a ri et avancé que ces images avaient été amusantes à enregistrer, pour elle qui avoue ne pas se trouver jolie lorsqu'elle se regarde conduire une moto à l'écran. Elle a dévoilé un secret de tournage, soit le fait que son appareil était en fait harnaché derrière un camion, ce qui lui a permis de maîtriser l'engin sans ses mains.

«C'était un mélange d'émotions, en fait. L'équipe a été très ingénieuse, parce qu'évidemment, c'a été fait dans le cadre d'une quotidienne, avec peu de temps et un budget limité. On avait une moto ; on était mieux de ne pas le rater!»

Y a-t-il un protocole pour annoncer à une actrice que son alter ego dans une série s'apprête à passer l'arme à gauche? Pas dans l'univers de District 31, du moins, puisque Lépine-Blondeau a appris le sort qu'on réservait à Nadine simplement en lisant les textes de l'auteur Luc Dionne, le temps venu, lorsqu'elle les a reçus.

«C'était une entente qu'on avait, que je ne serais pas aussi présente que l'année dernière. Éventuellement, mon personnage disparaitrait, mais je ne savais pas comment, ni quand. J'ai fait le saut comme tout le monde! On savait ce que ça s'en venait. Mais, oui, j'ai probablement vécu un peu ce que le téléspectateur a connu...»

Magalie Lépine-Blondeau a qualifié d'émouvants les derniers moments partagés avec ses collègues dans les décors de District 31.

«Avec un peu de chance, je vais les revoir, dans la vie, je l'espère. Ces gens-là, je les admire, je les respecte, il y a énormément de solidarité dans cette équipe. On s'est tenus. Je m'en ennuie déjà, ils me manquent énormément. Les rires me manquent énormément.»

Présentement sans travail, Magalie Lépine-Blondeau passe apparemment beaucoup de temps à la maison, elle qui estime ne pas être une excellente femme au foyer.

«Là, je n'ai plus d'excuse. Alors, je m'en vais en voyage...!», a-t-elle balancé, en éclatant de rire.

«J'ai été très, très chanceuse, dans la vie, je n'ai jamais manqué de travail, et on dirait que j'ai organisé toute ma vie en fonction, un peu, de mon horaire, ce qui me donne l'illusion d'être une fille organisée. Chose que je ne suis pas. Donc, effectivement, là je dispose de beaucoup de temps, et ça fait que je suis, comme, dans le jus, mais de rien! Je vis la culpabilité de flâner un peu à la maison», a détaillé la jeune femme.

De son passage dans le monde de District 31, Magalie Lépine-Blondeau a relaté avoir conservé la petite enseigne qui était posée sur le bureau de Nadine, sur laquelle était inscrite «lieutenant Nadine Legrand».

Plus tard, dans une entrevue de type «interrogatoire», Magalie Lépine-Blondeau a fait rire l'assistance en racontant qu'elle a déjà fait croire à sa petite sœur qu'elle avait été adoptée, qu'elle avait déjà eu une aversion pour des bulles de bain qu'elle avait elle-même volées, qu'elle a déjà transporté du tofu aux douanes et qu'elle a déjà connu une drôle de mésaventure dans une toilette au Japon.

«District 31»: la fin du conte de fées?